En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
IRACOUBO

Les anciens adjoints municipaux réintégrés

Pierre-Yves CARLIER Lundi 19 septembre 2016
Les anciens adjoints municipaux réintégrés
Justine Saïbou, Cornélie Sellali-Bois-Blanc et Enrico William, le 17 décembre 2014 (photo d'archives)

Vendredi, Enrico William et ses proches ont retrouvé leurs postes d'adjoints, comme l'avait demandé le tribunal administratif. Mais le maire a refusé de leur attribuer des délégations.

On prend les mêmes et on recommence. À l'issue de bientôt deux ans de psychodrame, Cornélie Sellali-Bois-Blanc se retrouve avec les mêmes adjoints : Enrico William, Justine Saïbou, Stéphane Léton, Josiane Prince, Georges-Didier Othily et Sergine Nasja. Ceux-là qu'elle ne voulait plus voir siéger à ses côtés. Le maire d'Iracoubo y a été forcé. Le 12 mai, le tribunal administratif de Cayenne avait jugé que la procédure n'avait pas été respectée quand elle avait fait démettre ses adjoints, le 31 janvier 2015, et qu'elle devait les réintégrer. Une décision dont elle a fait appel.
« NOUS NE SOMMES PAS DES POCHETTES SURPRISES VIDES »
En attendant, le maire et ses opposants se sont revus en août, pour discuter de leur réintégration. Sylvain Victorine, qui a fait sécession l'an dernier avec Didier Briolin et deux autres élus, était aussi là. La discussion a tourné court, Cornélie Sellali-Bois-Blanc exigeait que les trois premiers postes d'adjoints, sur six, soient réservés à des membres de sa majorité. Ce que l'équipe d'Enrico William refuse.
Tout ce petit monde s'est retrouvé vendredi en conseil municipal. La désignation des adjoints figurait à l'ordre du jour. Cornélie Sellali-Bois-Blanc s'est retrouvé en minorité. L'équipe d'Enrico William (six élus) et celle de Didier Briolin (quatre élus) ont voté ensemble. Ils ont fait réintégrer tous les anciens adjoints.
Furieuse, Cornélie Sellali-Bois-Blanc, que nous n'avons pas pu joindre, a annoncé qu'ils ne recevraient aucune délégation de sa part. Ils espèrent, en revanche, qu'ils seront convoqués aux réunions de commission. Si c'est le cas, Enrico William envisage de voter certaines délibérations du maire. « On aimerait être intégrés aux décisions. On ne veut plus batailler pour faire reporter des dossiers parce qu'on n'était pas associés à leur préparation. » Georges-Didier Othily, lui, ne compte pas en rester là : « Nous n'avons ni délégations, ni places en commission. Nous ne sommes pas des pochettes surprises vides. Je vais proposer qu'on démissionne tous. Et advienne que pourra! »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire