En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Léon Bertrand : « La politique c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire »

Bernard DORDONNE Vendredi 15 décembre 2017
Léon Bertrand : « La politique c'est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire »
Léon Bertrand a aussi précisé que la situation de sa commune est la même que celle de la Guyane (BD)

Léon Bertrand, maire de Saint Laurent et président de la communauté des communes de l'Ouest guyanais, a réuni hier au ranch Terre Rouge, à Mana, les élus municipaux de la majorité et de l'opposition, ainsi que les chefs de services et des agents administratifs. Ce séminaire avait pour objectif de réfléchir et d'échanger sur la vision, les projets et l'avenir de la capitale de l'Ouest guyanais.

En véritable pédagogue, Léon Bertrand a ouvert le séminaire, qui s'est déroulé hier à Mana, par une citation de Jacques Chirac, l'ancien président de la République : « La politique c est l'art de rendre possible ce qui est nécessaire. » Le maire de Saint-Laurent a ensuite livré aux participants les grandes lignes de l'ordre du jour de la réunion. Sur l'objectif de ce séminaire, Léon Bertrand parle avant tout de cohésion pour aller vers l'adhésion des élus et les différents chefs de service, car ce sont ces derniers qui vont mettre en place les délibérations du conseil municipal.
Le phénomène de l'habitat irrégulier et des squats a tenu une place importante dans la réunion : « Les difficultés que nous rencontrons, quand les habitants construisent illégalement, viennent de l'État qui a du mal à appliquer sa mission régalienne qui consiste à contrôler le Maroni. Il ne le fait pas où alors il le fait mal et c'est impossible à faire. Alors nous devons ensemble, avec l'État et la CTG, aller beaucoup plus loin. Aller vers l'innovation et ne pas détruire systématiquement. Nous allons délimiter des parcelles que nous allons viabiliser en faisant l'assainissement et les voiries, en amenant l'eau potable et l'électricité. L'objectif, c'est d'accompagner et d'innover » , explique l'édile.
MONTAGNE D'OR : « UN ACCÉLÉRATEUR »
Lors de la réflexion, le maire a aussi précisé que la situation de sa commune est la même que celle de la Guyane et du monde, en général : « On nous oblige, ce qui est louable, de scolariser les enfants, quelle que soit la situation des parents et en même temps il faut donner aux collectivités les moyens. Aujourd'hui, on accueille tout le monde et on ne peut pas intégrer ces personnes. La Guyane, c'est comme une éponge complètement gorgée d'eau et qui ne peut plus rien absorber. » L'élu a aussi demandé à l'État de faire attention car, selon lui, le mouvement du 28 mars, c'est un avertissement et une résultante de l'incohérence de la politique de l'État.
Léon Bertrand est également revenu sur le projet de la Montagne d'or en indiquant que ce projet est pour lui un accélérateur, qui va apporter du travail à la jeunesse de sa commune. Au cours du séminaire, trois thèmes avec plusieurs sous chapitres ont été passés en revue : l'aménagement urbain, la jeunesse et l'économie-emploi-insertion. Dans l'après-midi, un intervenant et deux partenaires sont passés à la moulinette des questions des élus de Saint-Laurent. À savoir, le directeur des relations extérieures pour le projet Montagne d'or, un responsable de l'établissement public du foncier et aménagement (epfa) et le directeur de Aprosep, association du périscolaire. Pour Chris Chaumet, leader de l'opposition à Saint-Laurent : « Tout exercice démocratique est pour moi intéressant et j'y adhère. Les élus sont parfois dans des commissions différentes lors du conseil municipal il y a des questions qui fusent. Un exercice comme celui-là doit permettre à tout le monde de donner sa vision sur un sujet. Dans dix ans, Saint-Laurent doit être organisée pour que l'activité économique prenne le dessus pour réduire le chômage. »
Ce projet évoqué lors du séminaire sera finalisé et proposé aux partenaires.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

GILLES BERNARD 21.12.2017

Quand on donne de l'importance à un âne, il se croit cheval...

Répondre Signaler au modérateur
Amazone973 16.12.2017

Bien dit Timalecayenne????

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 16.12.2017
Rimane ressaisissez vous

Doit on etre inquiet de la connexion entre Davy Rimane et Bertrand, qui ne renonce pas à ses citations assimilationnistes qui offrent pourtant un bilan de 50% de guyanais en dessous du seuil de pauvreté( imaginez alors la pression des clandestins sur ce fond de désolation) à des positions hasardeuses sur la Montagne d’or , dossier qu’il semble ne pas maîtriser même de façon elémentaire. Doit on conclure alors que Rimane s’acharne à des liens aussi compromettant par arrivisme personnel? Non, assurement la Guyane ne doit pas se resoudre à la fatalité de la peste ou du choléra pour les elections à venir.

Répondre Signaler au modérateur
LiKiLiKi :-) 16.12.2017
entre les différentes

candidatures favorables à la Montagne d'or, il va peut-être trouver le futur député qui va enrichir l'Ouest.
Si cet élu ne s'endort pas ou n'oublie pas de se déplacer pour booster l'ouest.

Répondre Signaler au modérateur
Timalcayenne 15.12.2017
Et plus si..

Et de rendre l argent qu on a vole ?

Répondre Signaler au modérateur