France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
ELECTION LEGISLATIVE

Le premier tour des législatives vu depuis Kourou

Bélinda Bombled Dimanche 4 Mars 2018 - 16h18
Le premier tour des législatives vu depuis Kourou
Faible participation à Kourou qui est pourtant une des communes clef dans la course à la députation. - photo d'archives

Dimanche, le premier tour de la législative partielle de la deuxième circonscription de Guyane a débuté à 8 heures dans les 12 bureaux de vote que compte la commune de Kourou. A mi-journée, la participation y été faible.

Les 10 039 inscrits, répartis dans cinq écoles ainsi que l’hôtel de ville, n’ont pas été très nombreux à se déplacer dans les écoles qui habituellement accueillent les enfants de la ville. L’agitation et les éclats de voix des bambins ont été remplacés par le sérieux et la fierté des kourouciens qui accomplissent leur devoir d’électeur. Toutefois, durant la matinée, les votants sont venus au compte-gouttes.

Pour preuve, malgré les furtives files d’attentes, notamment à la sortie de la messe, la solitude des différentes personnes chargées de l’organisation des élections à l’intérieur des bureaux était visible dans l’ensemble de la journée.
A 11 heures sur les 10 039 inscrits, seulement 994 avaient fait le déplacement pour voter soit 9,90%.

Dans l’un des deux bureaux de vote de l’école Emile Nezes, il fallait être bon en jeu de piste. En effet, le fléchage pour indiquer les bureaux étaient rare et même pendant plusieurs heures, invisible, dans la mesure où l’un des panneaux avec la flèche indicative n’avait pas résisté au vent. De ce fait, le chemin jusqu’au bureau était plus compliqué.
Petite frayeur dans un bureau
Un petit moment de panique a eu lieu dans le bureau n°9 de Emile Nezes. En présence de la commission de contrôle des opérations de vote, une petite fille, espiègle ou curieuse, s’est durant l’espace de quelques instant prise pour la présidente du bureau de vote. En effet, la demoiselle a poussé le « click » de l’urne permettant d’ouvrir le clapet ainsi que de comptabiliser le nombre de vote. "Il fallait pas faire ça", s’est écriée la mère, confuse et gênée du comportement de son enfant. Par chance, l’enveloppe contenant le vote de sa mère n’est pas tombée dans cette dernière.

L’un des candidats, un peu pressé de se rendre aux urnes, n’a pas vérifié le lieu de vote de son épouse pour qui il avait une procuration aux législatives de juin 2017.
Toute première fois
Pour beaucoup de jeunes guyanais, c’était l’occasion de leur premier vote. En franchissant les portes du bureau de vote, une hésitation était palpable et notamment lorsqu’il fallait récupérer les bulletins, passer dans l’isoloir, se rendre devant l’urne. Une fois le vote accompli, on pouvait observer une certaine fierté d’avoir accompli son devoir d’électeur.

Cette journée a été aussi l’occasion aux enfants d’accompagner leurs parents pour glisser l’enveloppe dans l’urne. Le courage mais également la détermination des personnes à mobilité réduite leur ont permis de franchir les obstacles sur le chemin du bureau de vote avec aisances.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire