En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
EN IMAGES

Le pont de la Comté bientôt inauguré

David RODOREDA Jeudi 10 août 2017
Le pont de la Comté bientôt inauguré
À gauche, le pont et la route actuellement en service. À droite, le chantier du nouveau pont (5,3 millions d'euros) comprend également la réalisation des raccordements routiers (1,9 million d'euros), la déconstruction de l'ancien pont (1 million) et un aménagement paysager et touristique. (David RODOREDA)

Dernière ligne droite des travaux de construction du nouveau pont de la Comté. L'ouvrage d'art sera inauguré à la fin de ce mois, mais le public ne pourra y circuler qu'à partir de la fin du mois d'octobre. Restent en effet à terminer les travaux de raccordements routiers. L'ancien pont sera ensuite déconstruit. Visite en images d'un important chantier de génie civil.

CHANTIER GLOBAL
FILTRES EN PAILLE
L'ensemble des eaux du chantier, notamment pluviales, sont traitées par des filtres à paille avant restitution au milieu naturel. Un bureau de coordination environnementale indépendant est chargé de contrôler la qualité des eaux rejetées. (David RODOREDA)
LES CORNICHES
Les ouvriers installent les garde-corps définitifs. Le dispositif de sécurité est conçu pour résister au choc d'un poids-lourd. Sur les flancs du tablier, les corniches en béton (en forme de J) permettront de récupérer les eaux pluviales ruisselantes. Polluées par le trafic routier, elles seront traitées dans des bassins situés de part et d'autre de l'ouvrage, avant d'être restituées au milieu naturel. (David RODOREDA)
SOUS LE PONT
Les deux poutres, parallèles et reliées par des entretoises sont en acier. Elles présentent une hauteur variable comprise en 1,50 m et 1,80 m. À pleine charge (cas de plusieurs poids lourds en même temps sur le pont), elles se déforment. La flèche atteint près de 7 cm. Cette structure métallique pèse 360 tonnes. Au centre, les piles du pont. L'une d'entre elles présentait, lors de tests de qualité du béton, d'importantes anomalies. Elle a dû être démolie puis reconstruite. Un surcoût de près d'un million d'euros et une affaire en justice, à suivre. (David RODOREDA)
LA ROCHE
Les terrassements pour la voie d'accès au nouveau pont sont ralentis par la présence de blocs de roche. Les plus imposants seront prochainement dynamités. (David RODOREDA)
LE PONT EN CHIFFRES
L'ouvrage, 134 m de long, est fondé sur deux piles en rivière (P), et deux culées sur les rives (C). Ces appuis sont ancrés dans le rocher par des racines (R) de 4 à 5,5 m de profondeur. Le tablier (T), sur lequel est réalisée la chaussée, est constitué de 52 éléments en béton, préfabriqués au Portugal. Ils reposent sur deux imposantes poutres métalliques (S). (David RODOREDA)
LA DEAL
Les ingénieurs et techniciens de la Deal (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) visitent le chantier avant de tenir la réunion hebdomadaire avec les entreprises. Karim Ben Amer, ingénieur à la Deal, est chargé du suivi des travaux. Il a auparavant suivi le chantier de réparation du pont du Larivot. (David RODOREDA)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire