France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
SAINT-LAURENT DU MARONI

La commune devra vendre

P.-Y.C. Mardi 10 décembre 2013
La mairie de Saint-Laurent (EL)

La commune pourrait bénéficier d'un prêt de 20 millions d'euros. Mais elle devra se serrer la ceinture.

D'ici la fin de l'année, la mairie de Saint-Laurent saura si l'Agence française de développement (AFD) lui accorde un prêt de restructuration. Les élus en feront officiellement la demande mercredi, en conseil municipal.
Son montant devrait avoisiner les 20 millions, mais il pourrait être moindre. En effet, selon nos informations, il comporte trois tranches. La première est de 9 millions. Les deux autres verront leur montant diminuer si la mairie vend des terrains et des bâtiments entre-temps.
En échange, la mairie devra respecter un protocole, dont France-Guyane s'est procuré une copie. Il a été conçu par la préfecture, la mairie et la direction régionale des Finances publiques, mais n'est pas encore signé.
Il demande à la mairie d'augmenter ses recettes fiscales de 15% d'ici 2016, notamment en augmentant ses bases (le nombre et la valeur des logements imposés). La mairie devra aussi revoir les tarifs de ses services publics (piscine, école de musique...) et envisager de faire payer d'autres services (parking, publicité, occupation du domaine public...). Enfin, le protocole invite la commune à étudier la vente ou la location de ses terrains et de ses bâtiments, ainsi qu'à « régulariser » , c'est-à-dire vendre, les parcelles dont les occupants n'ont ni droit ni titre.
Les charges de personnel, stabilisées à 18 millions d'euros, ne devront pas augmenter de plus de 3% par an. Avec la revalorisation des indices, les avancements et la titularisation des contractuels de longue date (et donc l'obtention des 40%), ce plafond sera vite atteint. La mairie a déjà taillé dans ses contrats aidés. D'autres suppressions ne sont pas à écarter, mais le protocole ne les impose pas.
Les investissements, est-il écrit, devront être « raisonnables » , avoir « un impact sur la diminution des dépenses de fonctionnement » et « bénéficier de taux de subvention élevés » . Les candidats aux élections municipales devront revoir leurs promesses à la baisse...

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

rienaciré 10.12.2013

bande d'incompétents et voleurs

Répondre Signaler au modérateur