En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
OUEST

L'État et la CCOG harmonisent leurs projets

Fabienta PROSPER Mercredi 04 octobre 2017
L'État et la CCOG harmonisent leurs projets
Le sous-préfet Claude Vo-Dinh et le président de la CCOG Léon Bertrand ont signé (médaillon) le contrat de ruralité, qui prévoit notamment que le siège de la CCOG soit doté d'une toiture solaire (photo d'archives & FP)

Les élus de la communauté de communes et les représentants de la sous-préfecture ont signé le contrat de ruralité, jeudi. Ce document coordonne l'action de l'État et de l'intercommunalité sur des chantiers concernant la mobilité, l'accès aux services publics, la transition écologique ou l attractivité des territoires.

Cent millions d'euros. Tel est le montant des projets sur lesquels se sont accordés l'État et la communauté de communes de l'Ouest guyanais (CCOG). Ils sont compilés dans un nouveau document, le contrat de ruralité, signé jeudi par les deux partenaires. Le contrat est valable trois ans et porte sur six axes. Des groupes de suivi seront chargés de la mise en oeuvre en projets.
UNE CHAMBRE FUNÉRAIRE À MARIPASOULA
Le premier axe du contrat est l'accès aux services publics et marchands, et aux soins. Il regroupe 19 projets pour 29,5 millions d'euros. Les objectifs sont de rééquilibrer l'offre de services dans les zones les plus isolées du territoire, de renforcer l'offre de services en matière de santé et d'accompagner la croissance démographique. Il est question par exemple de créer une chambre funéraire à Maripasoula, de restaurer ou de valoriser la culture saülienne à travers la maison Agasso.
ÉTENDRE L'ÉCLAIRAGE PUBLIC À GRAND-SANTI
La revitalisation des centres bourgs, pour un montant de 11,5 millions d'euros, compte 12 projets. Il s'agit de renforcer l'attractivité des centres bourgs, d'harmoniser le territoire, de soutenir la valorisation de l'habitat et des logements sociaux, ou encore de réhabiliter le patrimoine bâti. Y figurent par exemple la rénovation et l'extension de l'éclairage du bourg de Grand-Santi et l'aménagement des espaces publics de Papaïchton.
VALORISER LA GASTRONOMIE KALI'NA
Le troisième point concerne l'attractivité du territoire. Seize projets sont prévus pour 22,9 millions d'euros. Ils concernent la valorisation du patrimoine gastronomique des Amérindiens kali'na par l'association Kuda-wyada, ou l'accompagnement des personnes vers la formalisation de leur activité. « Ces opérations viseront à aller aider plus près les habitants, détaille le président Léon Bertrand. Il y a des gens qui travaillent de façon informelle. C'est une façon aussi de faire sortir de l'ombre pour aller vers la lumière des personnes qui ont déjà l'habitude de travailler mais qui ont besoin d'avoir des activités un peu plus reconnues. »
UN APPONTEMENT FLUVIAL À MANA
Ensuite viennent les mobilités avec 9 projets pour 26 millions d'euros. L'objectif opérationnel est de développer les réseaux routiers et le service de transport sur le territoire : aménager la piste entre Papaïchton et Maripasoula, créer un appontement fluvial à Mana, développer les réseaux piétons et les mobilités douces. Mais aussi de répondre aux problématiques spécifiques du Maroni comme axe de transport en mettant en ligne une plateforme de mise en relation des passagers et des piroguiers.
DAVANTAGE DE SOLAIRE
Pour la transition écologique, le contrat prévoit 3,4 millions d'euros, avec notamment la mise en oeuvre de toitures solaires en autoconsommation sur le siège de la CCOG et au pôle agroalimentaire, à Mana. « Nous allons commencer par utiliser les toitures du siège de la CCOG ou de l'abattoir de Mana pour pouvoir être autonome en terme de production énergétique » , poursuit Léon Bertrand. Une étude de faisabilité pour la valorisation des biogaz des centres de traitement des déchets est aussi au programme. Les principaux objectifs sont d'améliorer la performance énergétique et de réduire les dépenses énergétiques des bâtiments publics, mais aussi de développer la production d'énergies renouvelables ou encore de sensibiliser au respect de la nature et de développer des activités touristiques écoresponsables.
UNE STRUCTURE D'INSERTION À MARIPASOULA
Enfin, la cohésion sociale a pour but de préserver le cadre de vie du territoire et son environnement, de renforcer les liens entre les espaces ruraux et urbains, et de développer une offre culturelle moderne, dynamique et plurielle. Sept projets sont inscrits pour 7, 5 millions d'euros. Il s'agit de développer des activités de services à la personne ou de créer une structure pour l'insertion de l'activité économique à Maripasoula.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire