En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

L'éminence grise en pleine lumière

Pierre-Yves CARLIER Lundi 19 septembre 2016
L'éminence grise en pleine lumière
Samedi matin, Marie-Joseph Pinville a été décoré dans l'ordre national du Mérite (PYC)

Marie-Joseph Pinville a été élevé au grade de chevalier dans l'ordre national du Mérite, samedi. L'essentiel du microcosme politique guyanais était là.

Des élus de gauche, des élus de droite ; des Antillais, des Guyanais ; des tenants de l'article 73, d'autres de l'article 74 ; des pro-Alexandre, ses adversaires ; des membres du PSG, de Guyane 73, de l'Ageg... Plus quelques chefs d'entreprise et le préfet. Tous étaient réunis samedi matin autour de Marie-Joseph Pinville.
L'ancien directeur de cabinet d'Antoine Karam, à la Région, désormais directeur général des services de la chambre de commerce et d'industrie (CCI), a été élevé au grade de chevalier dans l'ordre national du Mérite.
TOUJOURS TRÈS SOLLICITÉ
Si l'essentiel du microcosme politique - à l'exception notable du MDES et de ses proches - était là, c'est que Marie-Joseph Pinville sait « rassembler les contraires, réconcilier l'irréconciliable. C'est un diplomate » , glisse Antoine Karam, qui loue aussi « sa rigueur et son pragmatisme » . Si, du temps de sa mission à la Région, Marie-Joseph Pinville s'autorisait quelques prises de parole publiques, ce Martiniquais est resté le plus souvent dans l'ombre, durant ces trente années passées à arpenter les couloirs du pouvoir guyanais. « C'est un homme de l'ombre, un cardinal, une éminence grise » , ajoute Antoine Karam. Son bureau continue de recevoir la visite de nombreux politiques. Ils le consultent sur à peu près tous les sujets. Sur son téléphone, il ne faut même pas essayer de laisser un message. Antoine Karam, devenu sénateur, avoue l'appeler « tous les jours. Je continue de travailler avec lui sur tous les dossiers. »
C'est que la politique, Marie-Joseph Pinville est tombé dedans très vite. Au regret - tout relatif - de son père. Médecin en Martinique, il espérait voir son fils marcher dans ses pas. « Mais il n'a pas passé le concours. Arrivé à Bordeaux (pour ses études), il s'est tout de suite mis à la politique. » Il atterrira en Guyane pour suivre son épouse. Un jour qu'il faisait du stop entre Rémire-Montjoly et Cayenne, en 1986, une 2CV s'arrête pour le prendre. Au volant, c'est Antoine Karam. « On a tout de suite vu qu'on partageait les mêmes valeurs » , poursuit l'ancien président de Région, qui en fera d'abord son conseiller spécial, puis son directeur de cabinet.
De ces trente années, Marie-Joseph Pinville se réjouira d'avoir pu « beaucoup donner au service de l'intérêt général » , mais regrettera d'avoir délaissé dans le même temps sa famille.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
9 commentaires

Vos commentaires

skol973 20.09.2016

L'Etat récompense toujours ses serviteurs. Lorsque la gauche est arrivée au pouvoir en 2012, Mr LUREL a récompensé le bon serviteur de l'état en Guyane, Mr KARAM Antoine, qui a détruit notre pays durant 18 ans.

Répondre Signaler au modérateur
Alur 19.09.2016
Intéressant. .

Un independantiste médaillé par des autorités qu'il dit combattre. Cherchez l'erreur.

Répondre Signaler au modérateur
jess 19.09.2016

les C...... sont toujours à l'honneur dans ce pays.

Répondre Signaler au modérateur
cél 19.09.2016

Il a fait quoi pour la Guyane? Quelqu'un voit la CCIG être performante dans son Coeur de métier? Quelqu'un a vu l'aéroport se développer sous son règne? Quelqu'un a vue son utilité en tant que direcab de Karam ou RA? Euh on m'explique? Depuis que le port de DDC lui a été enlevé on a enfin un port même si on reste perturbé par les contraintes géologiques. Tout ça pour dire que les choses sont mieux gérées quand il n'est pas dans le coin. Alors bien sûr au vue des casseroles de ses bosses on pourrait dire qu'il est loyal en Direcab? Bref il y a d'autres personnes plus méritante dans ce pays je pense...

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 19.09.2016
75? de la Guyane est pour le changement staturaire

Passy et consort, Pinville qui disait sans enquête que 75? des guyanais étaient pour le changement statutaire, est vraiment de votre côté, soyez rassuré à ce sujet. Les discours et pseudo-analyses, c'est comme une réaction d'étudiants attardés...du pipeau. Quel Préfet n'a pas apprécié la faiblesse de Karam? Pinville en a été l'inspirateur et est justement récompensé. Mais où est la place des exclus,des forçats du chômage de longue durée ? Pas dans l'image de ces authentiques nullards, coalisés sociologiquement entre la Mairie de Cayenne, de St-Laurent, et qui n'ont même pas Le pragmatisme opportuniste du président de la CTG.Quelle voie, entre valets du pouvoir conscients , et une petite bourgeoisie de "gauche" faible et impressionnable? Trouvons la solution avant l'explosion sociale qui pointe et va amener tant de désordre et de confusion que l'on ne pourra rien reconstruire

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 19.09.2016

Si si, il y a eu enquête. Peu de temps avant la décision de soumettre l’électorat Guyanais pour ou contre l'article 74, Karam a bien demandé à un institut de sondage de faire une étude d'opinion concernant le changement statutaire. Qui a payé ce sondage ? Et pourquoi les résultats n'ont pas été publiquement diffusés ?
Le couple Karam/Pinville a été une plaie pour la Guyane qui avançait avec le frein à main serré. On leur doit le retard structurel majeur que l'on constate aujourd’hui.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 19.09.2016

La gestion coloniale en Guyane semble plus que jamais d'actualité. On décore un présumé opposant à la mère patrie. Tout cela ne plaide pas pour une évolution inspirée...

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 19.09.2016
C'est assez ecoeurant

Ceux qui connaissent (vraiment) le personnage auront du mal à comprendre qu'il soit fait chevalier du mérite. Torpiller les ambitions et les projets (sans parler des gestions calamiteuses de ses services), monter des stratégies indépendantistes et des postures ouvertement hostiles à l’État Français (Karam et lui sont allé en Martinique aux frais du contribuable, prendre conseil auprès de Domota pour appliquer sa recette en Guyane, dans l'espoir de restabiliser le département), de qui il reçoit sans le moindre complexe, une telle décoration, c'est juste incompréhensible.

Répondre Signaler au modérateur
Altron 19.09.2016
Et pas la Legion d'honneur ?

Compte tenu du portrait qui est décrit du récipiendaire et de la personnalité des invités, le tout Cayenne, on peut se demander pourquoi il est fait chevalier de l'ordre national du mérite et non chevalier de la legion d'honneur.

Répondre Signaler au modérateur