En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Faut-il faire du 9 août un jour férié ?

Propos recueillis par FabientaPROSPER & Angélique GROS Lundi 14 août 2017
Faut-il faire du 9 août un jour férié ?
Le maire de Saint-Laurent et le président de la CTG se sont lancés dans une bataille de courriers qui a alimenté le débat sur la question de faire ou non de la journée du 9 août un jour férié (photos d'archives)

Les échanges de courriers sur la question de faire du 9 août un jour férié ou non se sont multipliés entre Léon Bertrand, maire de Saint-Laurent et Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité territoriale. Ils répondent à nos questions.

Léon Bertrand, vous êtes est le seul maire de Guyane à ne pas avoir considéré le 9 août comme férié, pourquoi ?
Je ne vais pas aller à l'encontre d'une journée qui a été reconnue par l'Onu, tout le monde est d'accord sur ça. Je dis simplement que la demande du président Rodolphe Alexandre de rendre férié ce jour me paraît être un peu hors sujet. La situation des populations amérindiennes de Guyane mérite d'être traitée d'une autre façon. J'aurais préféré que le président invite les maires des communes où il y a la présence de villages amérindiens, et dise comment ensemble on peut financer des actions concrètes qui vont changer la vie des personnes.
Comment arriver a un terrain d'entente avec Rodolphe Alexandre ?
J'ai écrit au président que je suis prêt à travailler avec lui sur des sujets concrets : l'eau, l'électricité, la formation des jeunes. Parce que la plupart de ces jeunes qui se suicident, après le collège, le lycée, sont dans un environnement qui n'offre aucun débouché. Peut-être que s'il y avait un plan par village, misant sur le développement du tourisme, la construction d'écoles, etc., on pourrait arriver à trouver des filières de formations qui donnent de la lisibilité à ces jeunes. Je suis contre le fait de transformer cette journée en jour férié par rapport aux raisons que j'ai évoqué, mais imaginons qu'un contribuable écrive au président de la CTG : « Comment comptez-vous motiver la paie des salariés de la CTG alors que ce jour férié n'existe pas légalement ? » Tant qu'il n'y aura pas de réunions entre nous et le ministère des Outre-mer et que chacun dise à un moment, « on reconnaît que c'est un jour férié » , je ne suivrais pas. Je ne suis pas bêtement le troupeau alors que pour le moment je ne sais pas où on va.
Rodolphe Alexandre, comment comptez-vous motiver ce jour de paie alors que ce jour férié n'existe pas légalement ?
Concernant le 9 août, c'est un jour chômé au même titre que les jours gras ou les journées du maire que vous avez dans toutes les mairies de Guyane. Une demande a été faite au niveau national pour que cela devienne un vrai jour férié et la ministre des Outre-mer y est très attentive, notamment car elle est originaire de Saint-Pierre et Miquelon, proche du Canada, où la place des peuples premiers y est très importante.
Que pensez-vous du plan par village proposé par Léon Bertrand ?
Je n'ai pas attendu Léon Bertrand pour faire un état des lieux des problématiques des Amérindiens. De nombreux chantiers ont déjà été menés. Se demander comment faire un état des lieux seulement après 34 ans à la tête d'une commune qui comprend plusieurs villages amérindiens est d'ailleurs curieux et surprenant. Mais mieux vaut un réveil tardif, qu'un long sommeil qui perdure. Je me suis rendu au village Kamuyeneh de Macouria fin juillet et à celui de Norino très récemment. Par ailleurs, un projet d'électrification de 150 000 euros porté par la commune et financé par la CTG via les fonds européens va sortir de terre à Norinno. Soit dit en passant, au-delà des chantiers menés depuis 2010 par l'ex-Région Guyane et maintenant la CTG, les Journées des peuples autochtones, ce n'est pas qu'un village artisanal. C'est aussi des conférences et des tables rondes qui permettent d'échanger sur des problématiques de fond.
(photos d'archives)
(photos d'archives)

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Katchopine 16.08.2017
fallait pas attendre

Pourquoi Léon Bertrand évoque t il tous ses sujets seulement maintenant je ne vous ai jamais entendu évoquer la situation des autochtones ! D ailleurs c est rare que l'on.vous entende sur des sujets comparables en terme de propositions ! C est mon.avis!

Répondre Signaler au modérateur