En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

États généraux : premier couac à Mana

Mardi 16 Janvier 2018 - 11h43

À Mana, peu de monde aux premières réunions

Les états généraux de Guyane ont démarré ce matin dans l'Ouest guyanais. À Mana, la commission Jeunesse a été levée, faute de participants "représentatifs". 

Les états généraux de Guyane ont démarré ce matin dans l'Ouest guyanais. Le but : "définir un projet commun de société pour les Guyanais et par les Guyanais". Les premiers rendez-vous ont débuté dans le bassin Maroni-Mana (Apatou, Awala-Yalimapo, Grand-Santi, Mana, Maripasoula, Papaïchton, Saint-Laurent et Saül). Neuf commissions ont été mises en place : 5 à Saint-Laurent, 4 à Mana et 4 à Awala. Des commissions qui n'ont attiré que peu de monde. La dizaine de participants à la commission Jeunesse, à Mana, a même décidé de lever le camp, devant le peu de participants "représentatifs". 

"La réunion sur la jeunesse que la CTG a mis en place pour recueillir les différents points de vue de la population a été levée, explique Mécène Fortuné, présent sur place. Les personnes présentes jugent elles-mêmes qu'elles ne représentent pas la jeunesse. Le public concerné n'est pas suffisamment représenté. Il s'agit plus de techniciens, professeurs ou élus. Une autre convocation est souhaitable. Je suis néanmoins satisfait des échanges que nous avons eu ce matin. Si nous nous adressons aux jeunes nous devons savoir comment les aborder. "
PLUS DE DÉTAILS DANS NOTRE PROCHAINE ÉDITION

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
12 commentaires

Vos commentaires

LiKiLiKi :-) 17.01.2018
Gesticulations

de ventilateur !
Blablabloublou.

Répondre Signaler au modérateur
alf 16.01.2018

il fallait organiser un barbecue geant de la musique a fond comme pendant les greves des ronds points la il y aurait du monde

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 16.01.2018

Quelle excellente initiative que faire ces réunions dans la matinée.
Au moins, on évite tous ces emmerdeurs qui ne manqueraient pas de poser des questions qui fâchent !
Bon, de toute façon, ce seront les élus qui auront le dernier mot, quelles que soient les prises de position ou les propositions émises lors de ces rencontres.
Alors, sinon alléger le budget de la CTG de 400 000 euros...
Fortuné Mécène, t'étais bien mieux comme saxophoniste, sur la scène du Soleil Levant, puis de Polina.
Dommage, toi, un mec avec autant de talent.

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 16.01.2018

Ces états généraux risquent bien de faire un flop.
Le 28 mars, nous avons tous marché contre l'insécurité et les manques de moyens dans le médical principalement.
Et ces revendications ont dérivé vers quelque chose que personne n'a demandé, à savoir le changement de statut et ces états généraux qui n'ont aucun sens 7 ans après 2010 et 2 ans seulement après la mise en place de la CTG.
L'ouverture du congrès a été un beau cirque qui confirme que cette débauche d'énergie et de moyens ne résoudra pas les problèmes initialement dénoncés, et semble n'avoir que pour utilité de calmer les caprices des indépendantistes qui voudraient que l'ont fasse des référendums sur le changement statutaire autant de fois qu'il sera nécessaire pour que la population finisse à l'usure par céder.

Répondre Signaler au modérateur
kiki973 16.01.2018
Bravo Paassy

Bien analysé et bien dit. Mais que faire ?

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 17.01.2018
Oú serez vous enterré

Passy dites le nous une fois pour toutes- Issy les Moulineaux ? La creuse ? et arrêtez d'emmerder les gens qui se questionnent depuis 3 ou 5 générations sur ce territoire .

Répondre Signaler au modérateur
Captain Saramaca 19.01.2018
3 ou 5 générations?

Sachant que les 2/3 des Guyanais actuels ne sont pas nés en Guyane, il ne restera pas grand monde pour s'exprimer sur le péyi d'après tes critères de sélection Alfredo.

Je comprends mieux pourquoi la salle était presque vide.

Répondre Signaler au modérateur
badaboum 16.01.2018

Normal, programmer une réunion en matinée, de qui se moque t'on? L'annonce faite hier soir par un véhicule sono....c'est vrai que c'est carnaval. Ah, ils vont être beaux les états généraux. Messieurs, un peu de sérieux! La Guyane mérite mieux.

Répondre Signaler au modérateur
mantouni 16.01.2018

les programmer en début de soirée ou en week end ne changerait rien vous rigolez !!!
quand on veut on PEUT

Répondre Signaler au modérateur
badaboum 16.01.2018

Désolé mais quand on travaille dans la journée, on ne peut pas se libérer, ça me paraît relativement simple à comprendre. Non, quand on veut, on ne peut pas toujours, ne vous en déplaise. Mais pourquoi cette agressivité, zen, man!

Répondre Signaler au modérateur
Josse 16.01.2018

Quelle chance vous avez Mantouni de pouvoir, comme ça sur un claquement de doigt, au pied levé, vous absenter de votre travail pour aller à une réunion.

Soit votre employeur est très cool, soit vous n'avez pas de travail... ah beh c'est peut-être justement pour ce public là que ce style de réunion est organisé. Des gens qui ne travaillent pas ou alors pour qui le travail n'est pas une priorité, mais juste un emploi du temps.

Désolé, nous n'avons pas tous votre chance. Beaucoup d'entre nous doivent se lever le matin pour payer leurs cotisations et "assister"... des gens comme vous.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 19.01.2018

Dans St Laurent, un véhicule sono qui se déplace à 30 à l'heure, impossible de comprendre à quoi correspond cette turbulente sonorisation de rue.
Ceci écrit, la réunion ayant eu lieu ce jeudi soir sur la place du marché de St Laurent a tourné au plaidoyer pro domo.
A peine 100 personnes mobilisées, et encore, il fallait compter large.
Espérons au moins que les 400 000 euros budgétisés par la CTG serviront à payer les droits SACEM des artistes dont on a diffusé la musique, et la location des chaises et des chapiteaux mis en place par la régie de quartier de la commune de St Laurent.

Répondre Signaler au modérateur