En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

« Ma stratégie, c'est le parlementarisme de couloir »

Propos recueillis par David RODOREDA Jeudi 15 juin 2017
« Ma stratégie, c'est le parlementarisme de couloir »
« Les élus ont aussi un travail à faire, il faut changer de comportement pour retrouver cette relation particulière avec le peuple » , explique Lénaïck Adam, qui brigue samedi le poste de député de la seconde circonscription de Guyane (photo d'archives)

Lénaïck Adam, le candidat investi par le mouvement d'Emmanuel Macron la République en marche est arrivé en tête lors du premier tour dans la seconde circonscription. Il tient à souligner les différences fondamentales qui l'opposent à son adversaire Davy Rimane.

La République en marche s'apprête à obtenir une majorité écrasante à l'Assemblée. Ne craignez-vous pas d'être noyé dans cette majorité et de ne pas réussir à faire entendre la voix de la Guyane ?
Non, je ne le crains pas du tout car ce n'est pas seulement les interventions dans l'Hémicycle qui comptent selon moi. Ma stratégie, c'est le parlementarisme de couloir : développer les réseaux, pouvoir accéder à tous les ministères, obtenir le numéro de portable de tous les directeurs de cabinet. Avec cela, je suis armé pour faire avancer les dossiers guyanais.
Qu'est-ce qui vous différencie de votre adversaire Davy Rimane ?
Je ne compte pas vivre de la politique mais pour la politique. Il faut bien faire la différence. Vivre de la politique c'est être un professionnel de la politique. Pour moi, la politique est une passion. Contrairement à ce que Davy Rimane dit « je ne suis pas un candidat du système, je n'ai pas un statut qui me protège. »
Si demain EDF venait à couler, il serait le dernier à être licencié! Lui connaît très bien les avantages qu'il a. Moi-même, en tant qu'élu à la CTG, je n'ai pas ses avantages, je n'ai pas de voiture de fonction. Le candidat du système, c'est lui. Surtout, je connais le monde de l'entreprise, j'y ai fait des investissements, j'ai pris des risques pour la Guyane, j'ai nourri des familles.
Plus de trois électeurs sur quatre ne se sont pas déplacés samedi dernier. Quel message leur adressez-vous pour tenter de les mobiliser ?
C'est inquiétant pour la démocratie et tout le système. On peut condamner quand ça ne va pas, mais pour le faire à juste titre, il faut participer au choix de son pays.
Les élus ont aussi un travail à faire, il faut changer de comportement pour retrouver cette relation particulière avec le peuple et rassurer sur le mandat que l'on nous confie.
Parmi les perdants du premier tour, avez-vous des soutiens ?
J'ai quelques autres soutiens, mais je privilégie le soutien des électeurs. Je poursuis mon travail, concentré.
Nombre de salariés s'inquiètent des mesures du gouvernement Macron concernant le code du travail. Que pouvez-vous leur dire pour les rassurer, notamment en tant que chef entreprise ?
Emmanuel Macron a une volonté, c'est rassurer le chef d'entreprise et rassurer les salariés. Cela part d'une bonne volonté. Ensuite il faut regarder cela pour la Guyane et observer quels en sont les avantages et les inconvénients. Mais il convient d'enlever à l'entrepreneur la peur qu'il a d'embaucher. Il faut donc rassurer les deux parties. Il faudra analyser cela en détail pour mesurer les impacts que cela peut avoir sur l'économie guyanaise. C'est une de nos préoccupations.
Que souhaitez-vous dire aux électeurs guyanais ?
Je veux simplement dire aux électeurs qu'il faut comprendre le choix. J'invite les électeurs à refuser ceux qui font de la récupération sur la souffrance des gens. On a tous participé au mouvement, et ce n'est pas Monsieur Rimane, qui va parler à chaque seconde de barrages et de blocages, qui peut convaincre. Car ce n'est pas ça la réalité du monde.
À savoir
Malgré plusieurs sollicitations, Davy Rimane, l'autre candidat qualifié pour le second tour dans la 2e circonscription, ne nous a pas accordé d'interview.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

kiki973 17.06.2017
Fonce Lénaïck

Tu es le meilleur et le pays a besoin de toi. Les connards te prétendent arrogant, non tu es intelligent mais ils ont l'habitude de fréquenter les politicards nullards niveau PEGC..laisse les pisser à hauteur des pervenches de Madagascar que l'on nomment caca poule en créole.

Répondre Signaler au modérateur