En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Et maintenant qu'est-ce qu'on fait ?

D. N. Mardi 13 juin 2017
Et maintenant qu'est-ce qu'on fait ?
Contrairement au premier tour, Bernard Taddeï ne votera pas au second tour (photo d'archives)

Si certains candidats du premier tour sont encore un peu engourdis par la défaite, d'autres se sont déjà ressaisis et émettent des avis pour la seconde manche de samedi.

Dans les deux circonscriptions, les annonces sont timides en ce début de semaine. On attend notamment les annonces des principaux poids lourds éliminés. La députée sortante Chantal Berthelot et l'ancien sénateur-maire de Kourou Jean-Étienne Antoinette. Ils devront faire leur choix entre Lénaïck Adam et Davy Rimane. Hier soir, Jemetree Guard, dans la première circonscription, n'avait pas non plus exprimé son choix entre Gabriel Serville et Joëlle Prévot-Madère. Dimanche, Line Létard, du parti Walwari, avait annoncé ne pas avoir encore pris de décision et attendait de retrouver sa formation. Du côté de la mairie de Cayenne, son alliée Marie-Laure Phinéra-Horth a annoncé qu'une décision sera communiquée ce mardi, suite à la réunion dans la soirée avec son parti Nouvelle force de Guyane et celui de Line Létard. « J'aurais tendance à voter Serville car je suis de gauche mais je suivrai l'avis pris ce soir » , a-t-elle précisé.
Claire Albanési, de la France insoumise, expliquait hier matin qu'elle se donnait un peu de temps et qu'elle se prononcerait sans doute cet après-midi. Quant à Michel Sabas, il a été clair dans ses déclarations dimanche : il soutient Joëlle Prévot-Madère et La République en marche « pour le bien de la Guyane » . Julien Deroche n'a pas hésité non plus à dire qu'il soutient Gabriel Serville et le PSG, parti qu'il affectionne particulièrement depuis sa jeunesse : « J'espère surtout que M. Serville désignera Jean-Victor Castor comme maire de Matoury » , a-t-il ajouté.
DES PERSONNALITÉS POLITIQUES S'EXPRIMENT
Du côté de la deuxième circonscription, le candidat Paul Persdam avoue une grosse déception pour avoir été lâché par la
Guyane insoumise. Il trouve que les 2, 44% qu'il a récoltés alors qu'il n'a pas fait campagne restent malgré tout honorables. Quant à la question de savoir vers qui il va se tourner, il répond : « Je vais être neutre et demander à mes électeurs de voter en leur âme et conscience » . Bernard Taddeï, candidat de l'Union populaire républicaine (UPR), a aussi expliqué son choix pour le 17 juin : « Comme le vote blanc n'est pas pris en compte, je ne voterai pas au second tour. Le premier candidat impose la politique de Bruxelles et le second ne partage pas notre analyse pour la Guyane. Pour lui (Davy Rimane), c'est la Guyane contre Paris, alors que pour nous, c'est la Guyane et toute la France contre Bruxelles » .
Le délégué régional de CAP21 Guyane, Harry Hodebourg, a fait savoir dans un communiqué que les résultats confortaient la vision de son mouvement : « Ni gauche ni droite, car les problèmes et les besoins de la Guyane transcendent largement ces clivages de l'ancien monde politique » . Il a aussi profité pour appeler la population à voter massivement pour la République en Marche, « afin d'amplifier le renouvellement politique salvateur en cours. Une autre voix s'est fait entendre du côté de José Makébé qui appelle à voter pour Lénaïck Adam dans la seconde circonscription. Pour le responsable de l'Union des démocrates et des indépendants (UDI), « le débat aujourd'hui dans la deuxième circonscription ne se situe pas entre les communautés ?[...] Les électeurs de l'Ouest guyanais devront faire un choix entre un candidat qui défend la Guyane dans la République et de l'autre côté un défenseur de la Guyane indépendante. Mon choix est donc clair » .
En ce lendemain de week-end du premier tour, plusieurs candidats n'avaient pas encore voulu se prononcer concernant d'éventuelles alliances ou abandons. Des réactions sont donc à attendre dans la journée et dans les 48 heures à venir.
Élections « locales » : les Métropolitains moins concernés
Dans plusieurs bureaux de vote de l'Île de Cayenne, les assesseurs dressaient samedi le même constat : le vote créole était plus largement représenté. Une idée parfois exprimée en termes peu appropriés. France-Guyane a cependant cherché à en savoir davantage auprès de l'anthropologue Isabelle Hidair. « Si on regarde bien la carte électorale de la Guyane, on s'aperçoit que le vote communautaire dépend de la zone géographique. Dans l'Île de Cayenne, jusqu'à Macouria, on aura un vote créole plus important car la population créole y est aussi plus largement représentée. C'est déjà moins vrai à Rémire-Montjoly où les Métropolitains sont nombreux. Et dans l'Ouest, c'est encore différent puisque l'identité créole est beaucoup moins marquée » , analyse-t-elle.
Dans certains bureaux de vote, seuls les Métropolitains étaient montrés du doigt. On leur reprochait leur manque d'implication dans le résultat de cette élection. « Les gens de passage ne votent pas pour les élections « locales » . C'est vrai pour les législatives, ça l'est aussi pour les municipales, répond Isabelle Hidair. Mais c'est valable pour tous les nomades. On pense la démarche moins légitime, on n'a pas envie de décider pour les autres. Et l'inverse est vrai aussi : les Domiens de passage en France métropolitaine s'abstiennent lors des élections « locales » . »
K. S.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

kiwaçé 14.06.2017

Un peu tiré par les cheveux, l'article sur le vote des Métropolitains. Rappelons que les élections législatives ne sont pas des élections locales mais nationales : il s'agit de donner ou non une majorité parlementaire à un gouvernement national, pas de définir un projet politique local comme les candidats en ont pourtant donné l'impression. D'autre part, les "nomades" souvent ne s'inscrivent pas sur les listes électorales en Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
alfredo 14.06.2017
Sectaire

Notons tout de même que madame Prevot qui avait sechement opposé une fin de non recevoir aux sollicitations de reports de voix ou de soutiens lors des regionales 2010, a été la premiere à prendre son telephone pour sans vergogne appeler des candidats éliminés en 2017, qu' elle n' avait jamais soutenu auparavant. Aurait on la memoire courte?

Répondre Signaler au modérateur