France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Préparation du congrès : l'opposition dénonce le manque de transparence

Bernard DORDONNE Jeudi 08 novembre 2018
Préparation du congrès : l'opposition dénonce le manque de transparence
POLITIQUE. La commission ad hoc chargée de la préparation du congrès des élus de Guyane, prévu le 27 novembre, s'est réunie hier, à l'assemblée territoriale sous la présidence d'Hélène Sirder, première vice-présidente de la Collectivité territoriale (CTG). Il s'agissait pour les élus de la majorité et de l'opposition d'organiser l'ordre du jour du congrès. Lors de cette réunion, des membres du groupe de l'opposition Pour une Guyane audacieuse (notre photo) ont déploré que le livre blanc des états généraux, qui sert de base à la gouvernance de la CTG pour mettre en place le congrès, n'ait pas été présenté au cours des débats de la commission ad hoc. Arnaud Fulgence, se prononçant en tant qu'élu guyanais, a déclaré ne pas connaître « les tenants les aboutissants du livre blanc. C'est important que l'exécutif donne un élan mais il ne doit pas être vertical mais horizontal. » Les élus de la majorité ont répondu que le livre blanc sera présenté aux élus lors de la prochaine commission ad hoc, prévue mercredi. Mylène Mathieu a été ferme : « Il y a un manque de transparence. Nous avons demandé à avoir ce livre blanc aujourd'hui, pour avoir le temps de le consulter avant la prochaine réunion. Notre but est l'application de l'Accord de Guyane et de garder l'esprit du congrès de 2017. Nous allons faire la proposition d'un complément de l'ordre du jour pour mettre à contribution le projet de Guyane qui émane du mouvement Le Front. » Pour Gauthier Horth, la commission devrait « coconstruire avec les élus, avec la CTG et avec la société civile. Le projet Guyane qui est mentionné dans l'Accord de Guyane ne doit pas être l'émanation d'un groupe ou d'une personne. Par ailleurs, l'évolution statutaire, conformément à l'Accord de Guyane, doit faire l'objet d'une saisine du gouvernement avant le 31 décembre 2018. »

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Paassy 09.11.2018
Etoile rouge de la dictature

Mais...Qu'est ce que c'est que ces conneries ?
En mars 2017, PERSONNE n'a marché pour le changement statutaire ! Et maintenant, on voudrait nous faire croire qu'il serait démocratique d’intégrer les propositions d'un "Front", fruit des délires d'une bande d'indépendantistes à l'étoile rouge, qui n'a aucune légitimité pour représenter la société civile.
On en a marre de cette opposition qui apparemment est incapable d’œuvrer pour la Guyane en suivant la volonté de la population, mais en écoutant que son idéologie extrémiste et l'imposer à tous par la force ou la fourberie.

Répondre Signaler au modérateur
Katchopine 08.11.2018
vraiment dans l'opposition

vous faites vraiment le job, pourtant certains des membres de l'opposition n'approuvent pas vos déclarations mais on ne les entend pas ceux-là !!parfois je me pose des questions

Répondre Signaler au modérateur