En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +
KOUROU

De nouveaux travaux contre l'érosion

Laurent MARIMOUTOU Mercredi 04 octobre 2017
De nouveaux travaux contre l'érosion
La mer a gagné beaucoup de terrain sur l'avenue et la plage de l'Anse. Les dunes de sable qui freinent les vagues doivent être renforcées avant l'arrivée de la houle (LM)

La lutte contre l'inexorable érosion reprend. À l'Anse, la mairie entame des travaux qui permettent de ralentir les dégâts causés par les vagues qui vont continuer de grossir.

.Les engins de chantier s'installent à nouveau sur la plage de l'Anse et à proximité du Village amérindien, à Kourou. Leur mission : débuter le reprofilage des dunes. L'entretien est devenu annuel, avant la saison qui va voir des vagues de plus en plus agressives sur le littoral. Le chantier a commencé hier pour huit à 10 jours de travail. Le coût de réalisation de ce remblais s'élève à 154 000 euros, dont 80% sont pris en charge par l'État et les 20% restants par la mairie.
« Cette année, nous avons obtenu la création d'une réserve de 800 m3 de sable pour parer aux détériorations, sans prélever sur les plages protégées saisonnièrement pour la survie des tortues » , explique Jean-Paul Malaganne, directeur de la prévention et de la sécurité de la ville de Kourou.
« Par ailleurs, de gros efforts sont faits en direction des populations riveraines » , ajoute-t-il, en donnant à titre d'exemple la création d'une palissade pour sécuriser l'avenue de l'Anse. Prévue pour janvier-février 2018, elle sera conjointement financée par l'État et le CSG (Centre spatial guyanais) à hauteur de 241 000 euros.
L'ÉROSION A COÛTÉ PLUS DE 600 000 EUROS EN 2016
Le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) a commencé lundi une étude prévue sur douze mois pour mieux orienter la décision à prendre pour lutter contre l'érosion marine sur l'ensemble du littoral kouroucien. Cette étude, d'un montant de 240 000 euros, est financée à 20% par la mairie, 20% par le BRGM et 60% par l'État par le biais de la Deal (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement). Une réunion publique à ce sujet est prévue le 11 décembre à la mairie de Kourou entre le Centre national de recherche scientifique, l'Institut de recherche pour le développement, l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer, la Deal, etc.
« Les riverains et les membres de l'Association action littorale Kourou, l'AALK, sont par ailleurs en mesure d'intervenir dans notre sens. L'État aussi » , précise Jean-Paul Malaganne. L'érosion du littoral a coûté l'an dernier plus de 600 000 euros, essentiellement supportés par l'État.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

xxl 06.10.2017
@monsieur le maire de kourou

Bravo pour le grand nettoyage de votre ville c'est super !
dommage pour votre piste cyclable sans aménagement pour les véhicules en cas de panne, dommage que vous avez arraché et coupé tous les arbres à kourou qui abritaient les gens du soleil.
mais ce qui m'interpelle, c'est sur la photo que nous voyons beaucoup de sables sans que vous ayez penser à quelques arbres pour enraciner et consolider votre plage du style palétuvier, palmiers, cocotiers, ou autres, vous avez peut - être un problème contre les arbres.

Répondre Signaler au modérateur