En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Ce qui préoccupe les Guyanais

Marine JACQUES Jeudi 12 janvier 2017
Ce qui préoccupe les Guyanais
(MJ & archives)

Cinq thèmes d'actualité ont été abordés par Martin Jaeger, préfet de Guyane, hier dans sa résidence à Bourda. Entre bilan et perspectives, le point par point.

1 - OUVERTURE DU PONT SUR L'OYAPOCK EN JANVIER
Le préfet de Guyane, Martin Jaeger, a confirmé le calendrier qui avait été fixé en décembre lors de la 10e commission mixte transfrontalière France-Brésil. Le 16 janvier, un exercice de fonctionnement sera effectué des deux côtés du pont. Le 19 janvier, il y aura un exercice de sécurité civile. Un accident de car sera simulé pour tester la coordination des secours. L'ouverture aux véhicules légers est prévue pour fin janvier mais aucune date précise n'est avancée. Elle sera organisée en créneaux horaires. Les transporteurs ne pourront circuler, a priori, qu'à partir du 16 février, après la réunion de la commission mixte de transport. Lors de cette réunion, les questions des visas et des assurances seront remises sur la table. Les prix des assurances demeurent trop élevés pour les Brésiliens : 175 euros pour un mois et 450 euros pour trois mois. « Ce sont les mêmes prix pour les Surinamais » , précise Martin Jaeger.
2 - 2 000 LOGEMENTS EN CHANTIER
(MJ & archives)
Le bilan de l'année 2016 est plutôt satisfaisant vu les chiffres de la commande publique. Fin 2015, elle s'élevait à 240 millions d'euros selon le préfet. L'État aurait relancé ses dossiers pour dynamiser l'économie guyanaise. Aujourd'hui, la commande publique s'élève à 400 millions d'euros. Cette masse financière va durer dix-huit mois, d'après le préfet. Deux mille logements sont actuellement en chantier. L'Établissement public d'aménagement en Guyane (Epag) est devenu l'Epfag (f comme foncier). Il permet la mise en oeuvre de l'opération d'intérêt national. À ce titre, l'Epfag a reçu 2 millions d'euros de l'État en 2016, il percevra 3 millions d'euros en 2017. Dans les semaines qui viennent, des terrains appartenant à l'État seront transférés à l'Epfag, conformément à ce qu'avait annoncé George-Pau Langevin, encore ministre des Outre-mer lors de sa venue en Guyane en mars 2016.
Martin Jaeger, préfet de Guyane, a fait le point sur les problématiques de la Guyane, hier, dans sa résidence à Bourda (MJ & archives)
3 - LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL DISSIMULÉ CONTINUE
Le taux de chômage est à la baisse, selon Martin Jaeger, même s'il y a eu une légère augmentation en décembre. Le préfet entend continuer la lutte contre le travail dissimulé. Il demande aux maîtres d'oeuvre d'être vigilants au moment de sélectionner les entreprises et des consignes strictes ont été communiquées à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Dieccte). Quant à la Mission locale, elle a reçu des moyens financiers de la part de la ministre du Travail, Myriam El Khomri.
4 - 7 000 RECONDUITES À LA FRONTIÈRE
(MJ & archives)
Martin Jaeger déplore l'utilisation opportuniste, par certains, de la demande d'asile. « La fermeture du guichet d'accueil pendant trois mois avait été approuvée par Bernard Cazeneuve quand il était ministre de l'Intérieur, cela a permis de ralentir les inscriptions mais c'est reparti dès la réouverture » , se souvient le préfet. En 2016, 18 912 cartes de séjour valable un an ont été délivrées, pour la plupart il s'agissait d'un renouvellement. Douze mille cartes d'identité, 10 000 permis de conduire et 19 000 passeports ont également été délivrés. Quant au nombre de reconduites à la frontière, il est estimé à 7 000. « Chaque personne reconduite représente un coût de 3 000 à 4 000 euros » , précise Martin Jaeger.
5 - UN NOUVEL ESCADRON DE GENDARMERIE
(MJ & archives)
Pour le carnaval, le même dispositif de sécurité que l'année dernière est appliqué. Des moyens d'intervention très rapide sont déployés pour disperser les voltigeurs en cas de débordement. À chaque entrée des zones de festivité, des contrôles sont effectués pour éviter que des armes soient introduites. Le préfet entend également interdire la vente d'alcool à la sauvette et confirme la légalité du couvre-feu que souhaite instaurer le maire de Cayenne, Marie-Laure Phinéra-Horth. Concernant la lutte anti-délinquance, l'arrivée d'un escadron de la gendarmerie en décembre a permis d'effectuer plus de 60 contrôles.
Le préfet « se garde bien » de faire le bilan depuis l'arrivée de l'escadron car il est encore trop tôt. Il constate néanmoins des résultats. L'escadron va être remplacé dans les jours qui viennent.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

GyZ 17.01.2017

"L'État aurait relancé ses dossiers pour dynamiser l'économie guyanaise...la commande publique...

Parfaite illustration du désastre ! Sont comme les Bourbons.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 15.01.2017

"Le préfet entend continuer la lutte contre le travail dissimulé". C'est une bonne idée, il va devoir en parler à tous les maires, au président de la CTG, au directeur d'EDF, au recteur, et j'en passe... Eh oui, à tous les responsables administratifs, il va falloir rappeler qu'il est possible d'être fonctionnaire et avoir une activité complémentaire, mais que cette activité complémentaire est soumise à des règles. Sinon, c'est du travail dissimulé.
Pour l'instant, notre brave préfet est l'un des principaux pourvoyeurs de travail dissimulé, puisque chef de toute l'administration, qu'elle soit locale ou nationale.
Dans l'attente, donc, d'un encart dans "France-guyane", rappelant les règles, suivi d'un sévère resserrage de boulons...

Répondre Signaler au modérateur
xxl 13.01.2017
juste une question

y a t-il intérêt pour nous français guyanais antillais d'aller de l'autre côté ?

Répondre Signaler au modérateur
xxl 13.01.2017
FRONTIERES

Il faut mettre des frontières contrôles douanières partout, sorties de saint-georges, saint-laurent, mana, même sur les routes comme IRACOUBO, POUR DISSUADER les clandestins.

Répondre Signaler au modérateur
jess 13.01.2017

rien leur donner même sur demande refus pendant 10 ans de carte de séjour pour travailleur regroupement familial etc

Répondre Signaler au modérateur
MONSIEUR GUYANE 12.01.2017
Le pont

Pourquoi se fatiguer sur ce vieux pont?
Alors qu avec azul on peut prendre l avion pour moins cher....

Répondre Signaler au modérateur
jess 13.01.2017

20 000 reconduites serait bien

Répondre Signaler au modérateur