France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

"2018 sera l'année de Georges Othily"

B.D. Vendredi 22 Décembre 2017 - 17h27

Ce vendredi a eu lieu à la Collectivité Territoriale de Guyane, dans l'espace "Athénodor Météran”, un hommage dédié au Sénateur Honoraire Georges Othily décédé lundi 18 décembre 2017, des suites d’une longue maladie.

Cette manifestation, en mémoire de celui qui fut le président de la Région Guyane de 1982 à 1992, a été organisée à l'initiative du président de la CTG Rodolphe Alexandre conjointement avec la famille de Georges Othily. Elle a été organisée en présence des agents de la CTG ainsi que nombreux invités dont le sénateur Antoine Karam.

Ce moment fort a débuté par une minute de silence. Puis par reconnaissance pour l’homme de lettres, ont été déclamés, en musique avec Denis Lapassion, des extraits choisis de ses poèmes.

Le président Rodolphe Alexandre a ouvert la séquence des témoignages et c'est avec émotion qu'il a partagé les souvenirs de celui qui fut son mentor, rappelant l’opportunité qu’il a donnée à des jeunes diplômés guyanais de contribuer à leur territoire. 

En homme d’histoire, il a parlé de Georges Othily comme un homme qui avait soif de connaissance, avec l’exaltation de l’apprentissage et l’envie de voir se propager le savoir parmi ses compatriotes et en particulier la jeunesse. "Humaniste, il avait un talent d’orateur d’exception et un homme de conviction, foncièrement optimiste" a indiqué le président de la CTG en citant Oswald Wirth : « N’ayons pas la superstition de croire que nous sommes libres parce que nos ancêtres sont morts pour la liberté. L’indépendance n’est pas transmissible par l’héritable. Il faut s’affranchir chaque jour pour devenir et rester libre, l’esclavage nous guette sans cesse ! ».

Pour le président de la CTG, Georges Othily était un rebelle de la république : "Il mènera avec pugnacité ses combats, toujours policé mais sans recul ni regret. Il n’y a jamais eu de hasard dans son épopée » a insisté Rodolphe Alexandre.

Tania Sandot collaboratrice de George Othily à l'époque de la mise en place de la Région Guyane, ainsi que d'autres personnes de l'époque ont aussi pris la parole pour dresser le portrait d’un homme exigeant tant il avait l’ambition et l’amour pour son territoire et sa population.

Le fils de Georges Othily ainsi que le sénateur Antoine Karam ont conclu ce temps de partage pour évoquer l’homme derrière le personnage public. Ces témoignages ont traduit une forte reconnaissance à l'homme politique et à l'homme de lettre, mais également au père de famille.

"Après l’année 2017 Atipa, 2018 sera celle de Georges Othily" a annoncé le président Rodolphe Alexandre en indiquant que son héritage restera dans les mémoires.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu