En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

XV de France: oublier le mot "revanche" face à la Nouvelle-Zélande

Jeudi 24 novembre 2016
XV de France: oublier le mot "revanche" face à la Nouvelle-Zélande
Guy Novès, sélectionneur du XV de France au cours d'un entrainement à Marcoussis, le 22 novembre 2016 avant la rencontre avec la Nouvelle-Zélande - FRANCK FIFE (AFP)

Les joueurs du XV de France n'abordent pas avec l'esprit de "revanche" la rencontre samedi contre la Nouvelle-Zélande, qui les avait humiliés (62-13) lors de la Coupe du monde 2015, ont expliqué jeudi le sélectionneur Guy Novès et les joueurs.

"Ce genre de comportements va bien de temps en temps, avec parcimonie, dans un contexte de championnat. Tous les matches sont des revanches. Ce sont surtout des revanches sur nous-mêmes", a répondu le sélectionneur, interrogé sur la façon dont il allait se servir de la leçon infligée par les All Blacks à Cardiff (9 essais).

"Des joueurs sont concernés, d'autres un peu moins", a poursuivi Novès à propos de cette déroute. "Honnêtement, quand vous jouez les Blacks, qu'on soit revanchard ou pas... Si on attend d'être revanchards pour être performants à ce niveau, franchement ce serait malheureux. Le simple fait de mettre ce maillot, de représenter la France, doit être l'élément moteur de notre motivation", a encore dit le sélectionneur, qui avait pris la succession de Philippe Saint-André à l'issue de cette douloureuse défaite en quarts de finale du Mondial.

"A part vos questions, on n'a pas entendu parler de ce match-là cette semaine", a répondu Rémi Lamerat aux journalistes. "Le staff a changé, les joueurs ont pas mal évolué, même s'il y a encore une belle ossature", a poursuivi le Clermontois. Six des quinze titulaires de samedi l'étaient en effet déjà à Cardiff.

"J'ai lu que certains joueurs étaient habités par cet esprit de revanche. Ce ne sera pas mon cas", a encore déclaré le trois quarts centre, qui n'avait pas été retenu pour la Coupe du monde.

"On ne parle pas des matches passés", a affirmé Louis Picamoles, qui était lui sur la pelouse de Cardiff. "L'équipe de France a évolué dans l'effectif, la façon de fonctionner et dans son jeu. Les All Blacks aussi ont un peu changé."

"Pour ceux qui l'ont vécu, il faut garder ce match en soi car ce sont des matches qui marquent une carrière. Mais il ne servira pas pour préparer ce match", a poursuivi le joueur de Northampton.

"On l'a digéré, il faut passer à autre chose, avancer", a résumé le N.8, à deux jours du choc face aux double champions du monde en titre à Saint-Denis.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire