En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

XV de France: Lopez reprend l'ouverture

Mercredi 23 novembre 2016
XV de France: Lopez reprend l'ouverture
L'ouvreur du XV de France Camille Lopez à l'entraînement avec ses camarades au centre du rugby de Marcoussis, le 22 novembre 2016 - FRANCK FIFE (AFP)

Après François Trinh-Duc et Jean-Marc Doussain, au tour de Camille Lopez: vingt mois après sa dernière titularisation, le Basque devrait de nouveau débuter à l'ouverture du XV de France, samedi contre les All Blacks, après avoir pris une nouvelle dimension cette saison avec Clermont.

C'est une sorte de deuxième chance au carré qui s'offre ainsi à Lopez (27 ans, 10 sél.). Non seulement il a l'occasion d'"aider l'équipe à gagner un match", mais surtout à le faire d'entrée, et non en tant que remplaçant, comme samedi dernier où il manqua le drop de la "gagne" face à l'Australie (23-25), après avoir remplacé Doussain.

Mais il a également l'occasion de revêtir à nouveau le maillot floqué du numéro 10 des Bleus, pour la première fois depuis le 15 mars 2015 (29-0 en Italie). Il était alors sorti, touché au genou droit.

Cette blessure alimente un différend entre l'encadrement médical français et celui de Clermont. Puis, Lopez se retrouve rayé de la liste pour la Coupe du monde, "PSA" l'ayant relégué au 5e rang des N.10 derrière Frédéric Michalak, Rémi Tales, François Trinh-Duc et Jules Plisson.

Michalak retraité, Tales mis hors-jeu, Plisson écarté et Trinh-Duc blessé: le revoilà donc en Bleu.

Une place à l'ouverture que Novès semblait prévoir depuis une semaine, puisqu'il déclarait, avant le match contre l'Australie, titulariser Doussain tout en préparant Lopez pour une échéance non précisée.

- 'Il s'épanouit' -

Sur le terrain, il ne sera pas dépaysé, au milieu de ses coéquipiers de Clermont (Nakaitaci, Fofana, Lamerat et sans doute Spedding), qui écrase quasiment tout sur son passage depuis le début de saison et développe un jeu flamboyant.

Lopez y est pour quelque chose, comme l'ASM a sa part dans son retour en grâce. "Il s'épanouit au quotidien dans un système et le système évolue grâce à lui", explique à l'AFP son manager en Auvergne, Franck Azéma.

Alain Penaud, ancien ouvreur international, développe: "Il n'y a pas de bonne équipe et de bon ouvreur sans vrai projet de jeu. Encore plus aujourd'hui qu'il y a dix ans, quand un ouvreur pouvait à lui seul changer le cours d'un match".

L'ancien Briviste ajoute: "Si les structures (de jeu) sont identifiées par tous, alors est favorisée l'éclosion d'un numéro 10. Avec les bons outils, c'est facile de faire valoir ses compétences."

"Ouvreur est un poste où on a besoin d'être installé, ce que font toutes les équipes sauf la France. Or, à Clermont, il est en confiance, maîtrise le système et ses qualités correspondent à ce système", poursuit-il.

- Jeu au pied et mental -

Ceci explique a contrario, selon Penaud, les difficultés de Lopez lors de son précédent passage en Bleu.

"Il était dans une période où l'équipe de France n'était pas collectivement aboutie. Il ne pouvait pas être responsable de ses problèmes. Même (Dan) Carter n'aurait pas fait de miracles!" abonde-t-il.

Lopez n'aurait-il donc pas progressé individuellement ? "Il s'est amélioré dans son jeu au pied. Son pied gauche, qui était court par moments, s'est allongé", juge Vincent Etcheto, son ancien entraîneur à Bordeaux-Bègles et actuel manager de Bayonne.

Lopez a travaillé ce secteur avec Xavier Sadourny à l'ASM, rappelle Azéma: "Il est plus en confiance, davantage capable de trouver des bonnes touches indirectes. Et, si nécessaire, de bien préparer son jeu au pied en programmant un temps de jeu supplémentaire."

Pour le manager clermontois, Lopez a aussi "progressé dans sa gestion du tempo d'un match, sa capacité à mieux réguler les temps forts et les temps faibles", et a corrigé sa propension à gamberger après un mauvais match.

"Il est plus capable de relativiser, est moins obnubilé par ses performances. Par moments, il faut être capable de se dire: +ok ce n'est pas bien, mais ce qui compte, c'est le prochain match+". Ce qu'il lui faudra mettre en pratique dès samedi.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire