En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Vendée Globe: Le Cléac'h entrevoit le bout du tunnel

Dimanche 08 janvier 2017
Vendée Globe: Le Cléac'h entrevoit le bout du tunnel
Armel Le Cléach au départ du Vendée Globe aux Sables-d'Olonne, le 6 novembre 2016 - DAMIEN MEYER (AFP/Archives)

Armel Le Cléac'h (Banque populaire VIII), solidement installé en tête du Vendée Globe, entrevoit le bout du tunnel que représente le Pot au Noir, et regagnait dimanche quelques milles d'avance sur son premier poursuivant, le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss).

Chose promise chose due: le Pot au Noir réserve au duo de tête quelques maux de tête et s'est transformé en un véritable pot de colle. Et une question qui continue de tarauder les deux skippers: comment en sortir le plus indemne?

Le skipper de Banque populaire VIII devrait être le premier, et reprendre encore un peu plus ses distances sur le Gallois. "Mais le ciel est encore très couvert et les grains nombreux à l'horizon", prévient la direction de course.

Au pointage de 09h00 (08h00 GMT) dimanche, il compte 155 milles d'avance sur Thomson, qui a passé samedi soir l'Équateur, avec près de 17 heures de retard sur l'homme de tête. Mais le Gallois galère tout autant que son rival, "encerclé par les orages et poussé par une brise de Sud fort frivole".

Le Cléac'h se trouvait dimanche matin à moins de 3.000 milles de l'arrivée aux Sables d'Olonne (2.956), les organisateurs ne se risquant pas à une prévision de date d'arrivée, "au vu des conditions météorologiques annoncées entre Les Sables d'Olonne et le Cap-Vert".

Le Breton doit encore parcourir près de 650 milles pour voir le sud de l'archipel de l'Atlantique.

- Dick sous les tropiques -

Derrière, Jérémie Beyou (Maître CoQ), attendu à l'Équateur dans deux jours, et qui va profiter de meilleures conditions, "avec un Pot au noir quasi-inexistant et des alizés de l'hémisphère nord plus consistant".

Et dans la lutte pour la 4e place, les skippers Jean-Pierre Dick (4e), Yann Eliès (5e) et Jean Le Cam (6e) ne se lâchent plus, avec seulement 34 milles entre les trois.

"A ce jour, je suis dans le bain et je veux préserver cette quatrième place face à Yann (Eliès) et Jean (Le Cam). C'est l'enjeu parce que pour faire mieux, il faudrait beaucoup de chance, ou plutôt de malchance pour le trio de tête…", a expliqué le skipper de StMichel-Virbac.

"Je suis sous les tropiques et la température de l'eau est chaude aussi: c'est vraiment la +easy sailing+ (navigation facile, ndlr), le côté sympa de l'Atlantique Sud avec ses alizés réguliers, peu de grains, et il y a une belle lune en plus! C'est un bon moment de voile, même si certains disent que c'est trop long", s'est réjoui Dick.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire