En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Tour de France: dans l'ombre des leaders

Mardi 11 juillet 2017
Tour de France: dans l'ombre des leaders
Michaël Delage (g) et Ignatas Konovalovas (d) encadrent leur leader de la FDJ Arnaud Démare, lors de la 9e étape du Tour de France, le 9 juillet 2017 - Lionel BONAVENTURE (AFP/Archives)

Ils n'inscriront jamais leur nom au palmarès de la Grande Boucle et n'y remporteront certainement pas d'étapes. Mais les équipiers roulent avec abnégation dans une seule direction: faire gagner leur leader.

Ignatas Konovalovas, Mickaël Delage et Jacopo Guarnieri en ont donné la meilleure des illustrations en quittant le Tour après avoir tenté de sauver leur leader de la FDJ Arnaud Démare, largué dimanche dès les premières pentes de la 9e étape.

"Quand on est pour Arnaud, on est pour Arnaud à 200%", avait résumé Delage à l'arrivée à Chambéry.

Signe que même si le vélo est à la fois un sport individuel et collectif, il ne peut y avoir d'histoire d'ego pour un équipier.

"L'équipier, c'est l'esprit de sacrifice permanent. Quand on est un bon équipier, on pense pas à soi. Jamais", tranche Marc Madiot, le manager de la FDJ, l'équipe de Démare.

"C'est un peu comme en football, vous êtes défenseur et parfois vous avez envie de jouer attaquant. Beh non, vous êtes défenseur. C'est le même principe en vélo", ajoute-t-il.

Un principe que le coureur intègre très rapidement. Et ce même s'il avait certainement rêvé d'une autre carrière à ses débuts dans le peloton des professionnels.

Tout simplement "parce qu'il a compris ce qu'il était dans le peloton et quel rôle il pouvait y tenir et y jouer", poursuit Madiot. "Dans le peloton et dans une équipe, il faut savoir ce pour quoi on est fait. Si vous n'avez pas un vrai rôle, vous n'avez plus votre place".

Encore plus sur le Tour où l'équipe doit être orientée vers un seul objectif: amener son leader au plus haut.

"Il faut être attentif à qui on amène sur le Tour, notamment quand on a un leader de haut niveau. Chaque pièce est importante et il faut éviter de se tromper", juge Vincent Lavenu, manager de l'équipe AG2R La Mondiale de Romain Bardet.

Selon lui, la bonne pioche est "un coureur généreux qui va plus loin dans l'effort quand il se livre pour le leader que quand il le fait pour lui-même".

- "Aider le vrai champion" -

Recrue de choix de la FDJ pour lancer Démare dans les sprints, l'Italien Davide Cimolai, qui partageait le rôle de sprinter dans son ancienne équipe Lampre, n'a pas sourcillé pour accepter ce rôle.

"Je pense qu'il relève de l'intelligence de chaque coureur de comprendre son rôle dans l'équipe. Dans mon cas, je sais que je suis un bon coureur, capable de gagner, mais dans les plus grandes courses, je sais que je suis plus utile à aider le vrai champion", confie-t-il.

A une époque plus lointaine, Jean-François Bernard, perçu comme le digne successeur de Bernard Hinault mais qui ne confirma pas son statut de leader, finit par devenir, en 1991 chez Banesto, le fidèle lieutenant de Miguel Indurain, aidant l'Espagnol à asseoir sa domination sur le Tour.

Coureur au profil de leader, le Norvégien Edvald Boasson-Hagen a joué de 2010 à 2014 les équipiers de luxe pour Bradley Wiggins et Chris Froome chez Sky. Même scénario depuis la saison dernière pour le Polonais Michal Kwiatkowski, un champion du monde (2014) qui pourrait être désigné leader dans une autre formation.

Mais "quelquefois, des coureurs ne veulent pas y accéder au fond d'eux-mêmes, c'est subconscient", estime Lavenu. "Car quelque part, c'est plus confortable. Etre leader, c'est pas forcément facile et il y a des coureurs qui, même avec beaucoup de talent, ne sont pas capables, surtout sur le plan mental, d'endosser ce rôle".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire