France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Tour de France: Chavanel, le défilé triomphal à travers la Vendée

Dimanche 08 juillet 2018
Tour de France: Chavanel, le défilé triomphal à travers la Vendée
Le Français Sylvain Chavanel reçoit le prix du coureur supercombatif lors de la 2e étape du Tour de France le 8 juillet 2018 - Marco BERTORELLO (AFP)

Un défilé triomphal de plus de 130 kilomètres: pour son dernier Tour de France, et même s'il s'est fait rattraper, Sylvain Chavanel s'est accordé un raid solitaire de plaisir sur les routes de Vendée, lui qui aura marqué la Grande Boucle au cours de sa carrière.

"Je me suis vraiment fait plaisir", a lâché tout sourire Sylvain Chavanel, très logiquement élu combatif du jour. "J'ai été très heureux de passer la journée à l'avant. Il y avait des belles parties avec vent dans le dos, j'ai bien roulé avec une belle moyenne", a-t-il ajouté après son étape courue sur les routes vendéennes de son équipe Direct Energie.

Parti dans la bonne échappée de trois coureurs dès les premiers kilomètres après le départ de Mouilleron-Saint-Germain, Chavanel était accompagné du Néo-Zélandais Dion Smith (Wanty) et l'Autrichien Michael Gogl (Trek).

Mais, à 39 ans, le doyen du peloton français s'est rapidement retrouvé tout seul. Gogl, souffrant de douleurs musculaires, puis Smith ont coupé leur effort après une trentaine de kilomètres et le passage de la seule ascension de 4e catégorie de la journée, franchie en tête par Dion.

"Mes deux compagnons d'échappée se sont relevés, je ne suis pas quelqu'un qui se dégonfle. Après, il n'y avait plus qu'à...", a expliqué Chavanel, qui participait à sa 350e étape du Tour.

- Comme Paris-Tours en 2000 -

Au départ, c'est Fabien Grellier qui devait faire la course à l'avant pour Direct Energie, pour une journée un peu spéciale pour l'équipe vendéenne, puisqu'elle fêtait le 62e anniversaire de son fondateur et toujours directeur Jean-René Bernaudeau.

"Pour un Vendéen, ça aurait été une belle journée", a souligné Chavanel, coureur atypique qui aime toucher à autre chose que la route en cyclisme, lui qui participera par exemple aux Championnats de France sur piste à la mi-août.

Son raid solitaire de plus de 130 km était une première pour lui mais a dû lui rappeler ses souvenirs de jeunesse, lorsqu'il s'était révélé sur Paris-Tours en 2000 avec une échappée de plus de 200 km et une avance montée jusqu'à 35 minutes avant d'être repris par le peloton.

"Si vous allez devant, c'est pratiquement impossible d'aller au bout. On essaie de prendre du plaisir autrement", a-t-il expliqué dimanche après son raid solitaire.

Sur les routes vendéennes où les maillots de Direct Energie sont de loin les plus présents, les pancartes en hommage aux 18 Tours de France de Chavanel -record de participations- était bien visibles. "On a le temps de voir les banderoles, les encouragements du public vendéen. Ce sont des émotions spéciales", a-t-il conclu.

Chavanel marque avec cet effort en solitaire un nouveau chapitre de son histoire particulière avec le Tour de France. Le natif de Châtellerault a remporté trois étapes sur la Grande Boucle (une en 2008, deux en 2010), a été élu supercombatif du Tour à deux reprises et a porté le maillot jaune lors de deux étapes en 2010.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire