En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Tour d'Italie: Simon Yates en homme fort

Dimanche 13 mai 2018
Tour d'Italie: Simon Yates en homme fort
Le Britannique Simon Yates (Mitchelton), vainqueur de la 9e étape du Tour d'Italie et toujours maillot rose, le 13 mai 2018 à Gran Sasso - LUK BENIES (AFP)

Le Gran Sasso d'Italia a confirmé dimanche la supériorité actuelle dans le Giro du Britannique Simon Yates, vainqueur devant le Français Thibaut Pinot de la 9e étape, une nouvelle fois problématique pour le Britannique Chris Froome.

Entre les champs de neige, à l'altitude de 2135 mètres, seul Pinot s'est intercalé entre les duettistes de l'équipe Mitchelton, le porteur du maillot rose et son compère colombien Esteban Chaves, qui est remonté à la deuxième place du classement général.

Les autres ont reculé dans les derniers hectomètres. De peu, pour Domenico Pozzovivo (4e), bien plus en jambes que son compatriote, le champion d'Italie Fabio Aru. D'une poignée de secondes, pour le vainqueur sortant, le Néerlandais Tom Dumoulin, qui a limité la perte. Mais de plus d'une minute pour Froome, distancé irrémédiablement dans les deux derniers kilomètres.

Les limites de Froome, apparentes à plusieurs reprises dans les temps forts de la première semaine (contre-la-montre de Jérusalem, 4e étape à Castelgirone, 6e étape à l'Etna), ont éclaté au grand jour sur la route large du Gran Sasso. Dans l'interminable montée (26 km), aux pentes prononcées dans les 4 derniers kilomètres, le quadruple vainqueur du Tour de France a été décroché... alors qu'une quinzaine de coureurs formaient encore le groupe de tête.

A-t-il d'ores et déjà perdu le Giro ? "Tout peut arriver encore", estime Yates. Mais la tendance est très défavorable à Froome, candidat à un triplé inédit au XXIe siècle (Tour, Vuelta et Giro dans la foulée).

- Froome: un lourd passif -

En neuf jours de course, le leader de l'équipe Sky a chuté à deux reprises et a été surclassé dans les moments décisifs. Au point d'afficher un passif de près de deux minutes et demie sur Yates, l'homme fort de ce début de Giro.

Dimanche, le porteur du maillot rose ne s'est livré que dans le sprint de haute altitude, dans le sillage de Pinot puis de Pozzovivo. Il a enlevé son premier succès d'étape dans le Tour d'Italie, trois jours après avoir offert la victoire à Chaves sur l'Etna.

"Chaque jour est meilleur, je ne peux qu'être heureux", a commenté le jeune Britannique (25 ans), qui participe pour la première fois au Giro. "Je suis venu dès le début pour gagner, je ne me suis jamais caché".

"Depuis le début de la journée, nous étions convaincus qu'il était possible de gagner l'étape et aussi de défendre le maillot rose", a ajouté Yates, dont l'équipe a été aidée par l'Astana du Colombien Miguel Angel Lopez pour revenir sur l'échappée de 14 coureurs formée dès le départ. Mais le grimpeur colombien (9e sur la ligne) n'a pu rivaliser ensuite dans le final menant à Campo Imperatore.

Dans le paysage majestueux, mais à la végétation rare, de la plus ancienne station hivernale de l'Italie centrale, le Giro s'est offert une première conclusion à l'image de sa première semaine, avant la première journée de repos.

"Nous avons tout pris", a souri Chaves, habillé du maillot bleu de meilleur grimpeur. "La victoire d'étape, le maillot rose, le maillot bleu. Mais nous devons garder les pieds sur terre. Il reste encore beaucoup de chemin jusqu'à Rome (l'arrivée le 27 mai)".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire