En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Top 14: trois de chute pour Toulouse à Lyon

Samedi 17 septembre 2016
Top 14: trois de chute pour Toulouse à Lyon
Le Toulousain Sébastien Bézy (avec la balle) lors du match contre le LOU en Top 14, le 17 septembre 2016 à Lyon - ROMAIN LAFABREGUE (AFP)

Toulouse a concédé sur la pelouse de Lyon sa troisième défaite consécutive (20-25) face à un promu qui a bénéficié de l'efficacité maximale de son buteur Frédéric Michalak, cruel et parfait contre son ancien club, samedi lors de la 5e journée.

"C'est une satisfaction d'avoir battu Toulouse qui reste une des meilleures équipes en France. Et je crois que le LOU ne l'avait jamais battu, en plus c'est historique", s'est réjouit l'ouvreur.

Face à des Lyonnais survoltés en défense, dominateurs en touche (cinq ballons volés à l'alignement adverse) et qui montent provisoirement à la 5e place, les joueurs d'Ugo Mola ont rendu une pâle copie. Ils décrochent un heureux point de bonus défensif mais reculent au 10e rang.

Rapidement menés 10-0, après un essai inscrit en force par Napolioni Nalaga venu prêté main-forte à ses avants (8) et une pénalité de Frédéric Michalak (12), ils étaient déjà dans les cordes à la pause (3-19).

A 100% de réussite, l'ancien ouvreur international a passé six pénalités et une transformation. Son rendement, ajouté à l'activité du 2e ligne et infatigable plaqueur Taïasina Tuifua, a permis à son équipe à se détacher.

A l'instar de son équipe, Michalak monte en puissance après quatre premiers matchs mitigés. Hormis deux coups de pied en touche mal négociés, il a même rendu une copie sans faute.

"On m'a critiqué pour avoir recruté Frédéric Michalak. Aujourd'hui, il a donné la meilleure réponse. Je ne compte pas que sur lui. Je compte sur Mike Harris et Jacques-Louis Potgieter. Mais je sais que je peux compter sur lui quand il le faut", a commenté l'entraîneur lyonnais Pierre Mignoni.

- Inefficacité dans les vingt-deux -

Les Toulousains ont été desservis par leur refus de tenter les pénalités.

Actuellement dans le doute et en grandes difficultés, ils ont ainsi campé stérilement à 14 contre 15 dans les vingt-deux adverses pendant dix minutes en fin de première période.

"Il faut bien trouver une équipe aux abois. Pendant quelques temps, cela va être nous. Nous allons baisser la tête et travailler. L'inquiétude ne sert à rien, à part se rendre malade", a reconnu le manager du Stade, Ugo Mola.

"Mais il faut se poser les bonnes questions. Nous sommes sûrement l'équipe à passer le plus de temps dans les cinq mètres adverses, mais cela ne rapporte pas de points", a-t-il constaté.

Avec leur jeu stéréotypé, trop souvent à plat, et leurs maladresses, les Toulousains ont rarement déséquilibré la défense adverse.

A force de persévérance, deux essais de leurs ailiers, Sofiane Guitoune (48) et Paul Lusi Perez (61), leur ont néanmoins permis de revenir au score (22-17).

Les exclusions temporaires de Census Johnston (65) et Edwin Maka (67) les ont cependant ensuite empêchés d'espérer mieux à 13 contre 15. Finalement, une ultime pénalité de Sébastien Bézy (71) leur permet juste de ne pas revenir bredouille.

"Je retiens la deuxième mi-temps. Nous avons réussi à revenir face à une équipe qui est expérimentée. Cela me laisse penser que nous valons mieux que les dix-neuf points encaissés en première période", a conclut Mola.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire