En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Top 14: Toulouse pas franchement d'attaque

Samedi 17 septembre 2016
Top 14: Toulouse pas franchement d'attaque
L'arrière Maxime Médard (d) et le Stade Toulousain ont raté leur sortie face à Toulon, le 11 septembre 2016 au stade Ernest-Wallon - Rémy GABALDA (AFP/Archives)

A Toulouse, on se fait des passes. Beaucoup. Mais on marque très peu depuis le début de la saison. Une "stérilité offensive" que les Rouge et Noir vont devoir rectifier, dès samedi à Lyon lors de la 5e journée du Top 14.

Deuxième meilleure attaque la saison dernière, le Stade Toulousain est la pire avec Brive depuis le début du nouvel exercice (quatre essais en quatre matches). Un paradoxe alors qu'elle est l'équipe à avoir joué le plus de ballons (743).

La défaite à domicile dimanche face à Toulon (15-32) en a été un exemple plus que flagrant.

Les hommes d'Ugo Mola ont ainsi respecté leur philosophie de jeu - "déplacer les hommes et le ballon" - mais, balayant le terrain d'un bord à l'autre sans trouver de solutions, ils n'ont fait que se casser les dents sur la défense adverse. 192 passes pour aucun essai, le "jeu de Toulousains" reste bien un "jeu de mains" mais ne passe plus assez la ligne.

"Quand une équipe (Toulon) est capable de passer deux minutes dans votre camp et de marquer 18 points, et que vous vous en passez 25 et vous en marquez neuf, il y a un pragmatisme certainement pas à la hauteur de nos qualités", peste Mola.

"On est cinq-six fois en mesure d'aller titiller la ligne adverse face à Toulon, quand Toulon ne vient que trois fois et fait carton plein. J'ai la sensation qu'on aurait pu jouer un bon moment sans être en mesure de marquer", ajoute le successeur de Guy Novès.

- L'animation en question -

Si la conquête va beaucoup mieux, aidée par les arrivées du deuxième ligne écossais Richie Gray et du talonneur italien Leonardo Ghiraldini, la conclusion n'est pas au rendez-vous.

"On se fait beaucoup de passes mais dès qu'on arrive dans les 22 (mètres adverses), on n'est pas patients ou on fait des fautes. Et à ce niveau-là, ça se paie cash. Il faut qu'on soit capables de tuer les matchs un peu plus tôt et plus rapidement", reconnaît Maxime Médard, qui vient de faire son retour face au RCT.

L'arrière relativise cependant: "On a du mal à concrétiser, à marquer mais c'est pas un drame. Dès qu'on arrivera à marquer un ou deux essais, ce sera relancé, d'autant qu'on a reçu que des +gros+ à la maison", Montpellier, Bordeaux-Bègles et Toulon, ajoute Médard.

Conjoncturel ou pas, ce manque de réalisme pose la question de l'alternance du jeu et de l'animation d'une ligne de trois-quarts qui peine à se trouver et à jouer ensemble. Les Rouge et Noir pâtissent peut-être de l'absence d'un véritable chef d'orchestre, Luke McAlister n'étant plus depuis longtemps à son meilleur niveau tandis que Toby Flood peine à trouver sa place.

"Cette stérilité offensive ne me va pas. On a réellement besoin de se remettre de l'ordre dans les idées sur la partie offensive et sur notre capacité à tenir le ballon", martèle Mola, dont l'équipe, leader au bout de deux journées, est désormais 9e au classement.

"On a essayé de se remettre en question pour trouver les solutions" mais "il faudra rectifier très vite le tir", insiste-t-il, en espérant avoir de premières réponses à Lyon.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire