France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Top 14: nouvelle règle des remplacements: le grand détournement ?

Lundi 10 septembre 2018
Top 14: nouvelle règle des remplacements: le grand détournement ?
C'est la nouveauté du Top 14 2018-2019: la possibilité pour chaque équipe de procéder à quatre changements supplémentaires sur blessure est déjà décriée en raison de soupçon de dérives, et change la donne quant au rythme des rencontres. - FRANCK FIFE (AFP/Archives)

C'est la nouveauté du Top 14 2018-2019: la possibilité pour chaque équipe de procéder à quatre changements supplémentaires sur blessure est déjà décriée en raison de soupçon de dérives, et change la donne quant au rythme des rencontres.

. Que dit la nouvelle règle?

Validée juste avant la reprise de la saison par World Rugby, la mesure proposée par la Ligue nationale de rugby (LNR) et la Fédération (FFR) autorise "de remplacer tout joueur blessé (...) par un joueur déjà sorti pour raison tactique, dans la limite de 4 joueurs par équipe". Et ce, en plus des 8 changements traditionnels et des changements temporaires (saignement ou protocole commotion).

Le retour de joueurs déjà sortis, qui était déjà autorisé pour les joueurs de première ligne, dont les postes sont trop spécifiques pour être occupés par d'autres, doit permettre aux encadrements "d'éviter que des joueurs blessés ne restent sur le terrain".

Cette mesure expérimentale, "conditionnée à la réalisation d'un bilan sur son application", fait suite aux 45 préconisations rendues fin mars par l'Observatoire médical du rugby dans un contexte d'inquiétude croissante quant à la santé des pratiquants.

. Quels sont les abus soupçonnés?

Laurent Marti, le président de l'Union Bordeaux-Bègles, a porté réclamation pour coaching abusif contre Montpellier à l'issue du match samedi (9-9). En cause: le remplacement à la 67e minute du centre Yvan Reilhac par François Steyn, lui-même remplacé une dizaine de minutes plus tôt.

Or, "tout le monde a vu que Reilhac est sorti en sprintant, donc il n'était pas blessé", fustige Marti. Sur les images, on voit effectivement Reilhac sortir en trottinant sans gêne quelconque. Mais selon l'arbitre principal Ludovic Cayre, le MHR a bien coché la case "blessé" sur la feuille de match pour justifier sa sortie.

Marti, élu au comité directeur de la Ligue, entend "faire respecter le règlement". "La Ligue a vu dès la première journée qu'il y avait des abus, elle a écrit à tous les clubs dès la première semaine. Elle a vu qu'il y avait des abus lors de la 2e journée, elle nous a réécrit. Et ça continue", enrage-t-il.

Lors de ces deux premières journées, par exemple, le Stade Français a sorti ses piliers très précocement, dès la demi-heure de jeu, pour les faire rentrer de nouveau en fin de match. Comme s'il avait anticipé ces retours alors qu'ils doivent être justifiés par une blessure.

. Qui contrôle la véracité de ces blessures?

Dans son courrier de rappel du 29 août, la Ligue demandait aux entraîneurs de s'impliquer "pour que cette règle soit appliquée de façon loyale et responsable".

Car le 4e arbitre, celui qui surveille les remplacements sur la touche, ne peut pas vérifier la véracité d'une blessure ou empêcher une simulation. La Ligue, interrogée par l'AFP, l'a reconnu: "il est compliqué pour le 4e arbitre et la commission de discipline (qui peut juger d'éventuels abus, auto-saisie ou saisie par un tiers, comme dans le cas de Marti, NDLR) de déterminer si un joueur est vraiment blessé. Aux entraîneurs de jouer le jeu."

Ceux-ci en profitent visiblement pour faire (re)rentrer des joueurs reposés en fin de match. "Chez les Français, quand la règle est mise en place, on calcule toujours comment elle peut être contournée", commente Laurent Labit, l'entraîneur des arrières du Racing 92, samedi. "C'est effectivement ce qui se passe mais c'est dans le droit du règlement", admet-il.

Ce genre d'arrangements avec les règles n'est pas nouveau: les Gallois avaient déjà reproché aux Français, lors du Tournoi 2017, d'avoir fait sortir sans raison valable le pilier droit Uini Atonio afin de le remplacer par Rabah Slimani lors d'une fin de match serrée avec des mêlées décisives.

. Quelles sont les conséquences sur le jeu?

Un comité de suivi doit vérifier les feuilles de match pour dénicher d'éventuels abus. Il rendra un premier bilan d'étape lors du comité directeur de la LNR du 25 septembre.

A terme, l'utilisation détournée du nouveau règlement, dont la France fait seule l'expérimentation, pourrait avoir des effets pervers. "C'est surtout une règle franco-française qui ne nous prépare pas pour la Coupe d'Europe où il va falloir que les joueurs soient capables de s'en tenir à huit changements et pas à douze", anticipe Labit.

Car chaque remplacement est synonyme d'arrêt de jeu, et donc de temps de repos pour l'ensemble des acteurs. "Si les (deux) équipes font les 12 changements, ça fait 24", souligne le technicien. "Le rythme, déjà, pour ce début de Top 14 n'est pas très élevé donc ça va faire drôle pour des équipes comme nous qui vont faire la Coupe d'Europe et pour les internationaux qui vont se retrouver au mois de novembre à ne pas rentrer et sortir (en permanence)", redoute Labit.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3