France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Top 14: le Racing conquérant à Montpellier

Dimanche 04 novembre 2018
Top 14: le Racing conquérant à Montpellier
L'ailier irlandais du Racing 92 Simon Zebo (c) lors de la victoire à Montpellier 27-13 en 9e journée du Top 14 - PASCAL GUYOT (AFP)

Le Racing 92 a confirmé sa montée en puissance en s'imposant (27-13) à Montpellier dans un choc faussé par le poids des absences, dimanche au GGL Stadium, en clôture de la 9e journée du Top 14.

L'équipe de Laurent Labit et Laurent Travers boucle en force le premier tiers de saison. Dans la foulée de son entrée réussie en Coupe d'Europe, marquée par deux succès, et sa victoire face à Pau, le Racing 92 (5e) s'installe dans le sillage des équipes en forme: Clermont, Toulouse et Paris, avec seulement un point de retard sur son voisin parisien. "On a réussi une très bonne opération. En ce début de saison, il nous manquait cinq points. On a réussi à en prendre quatre à Montpellier, un concurrent direct", relevait Laurent Labit, l'entraîneur du Racing 92.

Déjà vainqueurs à Toulon et Paris, les Franciliens sont des as du voyage. Ils balaient le souvenir des trois dernières gifles prises dans l'Hérault et obtiennent leur troisième succès à l'extérieur en quatre déplacements.

Montpellier (9e) chute pour la deuxième fois à domicile après son échec initial devant Castres, autre gros bras. Avec trois points de retard sur Castres, champion de France sortant, classé à la 7e place, il paie les dégâts de son faux-départ et les conséquences de ses multiples pépins. "C'est une soirée assez dure et une déception. On est dans une situation difficile sur le plan comptable", constatait l'entraîneur montpelliérain Vern Cotter.

- "Un match quasi parfait" -

Le Racing a mieux géré les nombreuses absences qui plombaient les deux équipes. Par ailleurs, les ciel et blanc, autour de leur ouvreur écossais Finn Russell, ont parfaitement négocié les débuts de chaque mi-temps pour se maintenir en tête d'un bout à l'autre de la rencontre. "On a réussi un match quasiment parfait. On savait que Montpellier avait des joueurs importants absents. On voulait bien débuter pour les faire douter et les pousser dans leurs retranchements, en espérant qu'ils ne trouvent pas les solutions", appréciait Laurent Labit.

Le finaliste de la Coupe d'Europe a notamment réalisé une parfaite entrée en matière en inscrivant deux essais grâce à son ailier argentin Juan Imhoff (7), puis sur un essai collectif après une penaltouche (11).

Peu après la reprise, Imhoff, déterminant, interceptait une passe du centre sud-africain Jan Serfontein pour Gabriel Ngandebe et plantait un contre de 80 mètres (52) redonnant un bol d'air à son équipe.

Dans l'intervalle, Montpellier avait surmonté tout à la fois l'ascendant francilien, mais aussi ses approximations. Il avait profité du carton jaune infligé au centre Henry Chavancy pour revenir sur les talons du Racing. En marquant coup sur coup par l'ailier Yvan Reilhac (29) et le deuxième ligne sud-africain Nicolaas Van Rensburg (33).

Malgré le retour de Jacques Du Plessis, après dix mois d'indisponibilité, il manquait aux Héraultais trop de forces pour rivaliser avec le Racing et offrir une dernière victoire au demi de mêlée Julien Tomas, qui disputait le dernier match de sa carrière. "On a tous mal à la tête. On va devoir être plus compétiteur. On est en retard dans notre tableau de marche. On va devoir aller chercher des points partout. Le wagon ne nous attendra pas", alertait Tomas.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire