En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Top 14: La Rochelle nouveau chef de file, Toulon respire, Castres s'affirme

Dimanche 03 décembre 2017
Top 14: La Rochelle nouveau chef de file, Toulon respire, Castres s'affirme
Rene Ranger de La Rochelle porteur du ballon, au cours du match de Top 14 face à Montpellier, au stade Marcel-Deflandre de La Rochelle, le 2 décembre 2017 - XAVIER LEOTY (AFP)

Et revoilà La Rochelle! Le club maritime, premier de la dernière saison régulière de Top 14, s'est emparé samedi du fauteuil de leader à l'issue de la 12e journée qui a permis à Toulon de souffler et à Castres de s'affirmer.

+ La Rochelle retrouve sa place

Pour être arrivés en tête au soir de la 26e journée au printemps dernier avant de chuter en demi-finales, les Rochelais savent trop bien que cette première place ne leur garantit rien en fin de saison. Mais, après quasiment la moitié des journées disputées, elle affermit leur statut de pointure du championnat.

Une force protéiforme: peinant à mettre leur jeu en place, les joueurs de Patrice Collazo (39 pts) se sont appuyés samedi, pour ravir le costume de leader à Montpellier (26-14), sur leur activité dans les rucks et leur mêlée fermée. Pour signer une quatrième victoire en cinq journées, porter à huit points leur avance sur le premier non qualifié (Toulon, 7e) et préparer au mieux leur double confrontation en Coupe d'Europe face aux Wasps.

Montpellier (2e, 37 pts) se déplacera de son côté vendredi à Glasgow. Où, s'il veut rester en vie dans la compétition, il devra impérativement corriger ses carences à l'extérieur, où il vient de perdre deux fois de suite.

Clermont non plus ne s'est pas rassuré avant son rendez-vous face aux Saracens. Le champion de France en titre a bafouillé dimanche leur rugby devant son public et le promu Agen (35-26), échouant à prendre le point de bonus offensif. Neuvième (29 pts), il pointe à trois longueurs de la sixième place.

+ Toulon reporte sur Lyon le début d'incendie

Toulon n'est également toujours pas dans le wagon des six qualifiés. Mais il s'en est rapproché, à un point, après son succès contre Lyon (39-11) venu stopper une série de trois revers. La pression est retombée avant la double confrontation européenne contre Bath, et le président Mourad Boudjellal n'a pas eu à ruer dans les brancards.

Mais un autre toulonnais l'a fait: Pierre Mignoni, manager de Lyon qui a dégringolé, en un mois et au fil de quatre revers, de la première à la troisième place (33 pts). Mignoni, qui vient de prolonger jusqu'en 2023, a ainsi chargé ses joueurs, qui ont "trop entendu qu'ils étaient beaux". Après un début de saison réussi mais lors duquel ils avaient affronté peu de cadors. Le club rhodanien, maintenu l'an passé pour la première fois de son Histoire, a encore du chemin à parcourir.

+ Castres, nouvelle terreur

On arrête plus en revanche les Castrais, qui ont glané une cinquième victoire de suite, avec une saveur particulière puisqu'ils n'avaient pas gagné à Toulouse (41-31) depuis 39 ans. Elle leur permet de revenir à hauteur de la troisième place (33 pts, comme Lyon et le Racing 92), alors qu'ils étaient onzièmes, à sept longueurs du Top 6, au soir de la 7e journée!

Solide en conquête, puissant et pragmatique, le groupe tarnais, qui a très peu bougé à l'intersaison, compte une longueur d'avance sur le Stade Toulousain (6e). Bordeaux-Bègles (8e, 29 pts) pointe trois longueurs derrière les Rouge et Noir après sa défaite (17-27) à Pau (10e, 27 pts).

Comme Castres, le Racing restait sur quatre victoires de suite. Mais les Franciliens ont eux chuté, dans le derby francilien face au Stade Français (17-27), dépassés dans la première demi-heure (trois essais encaissés).

Les Parisiens (11e, 22 pts) prennent de l'air en bas de tableau: ils possèdent désormais huit points d'avance sur la 13e place, synonyme de barrage d'accession-relégation, et un matelas de onze point sur la 14e, qui envoie directement en Pro D2.

L'autre bonne affaire a été réalisée par Brive (12e, 15 pts), qui a profité de la défaite d'Agen (13e, 14 pts) et de sa victoire (33-30) contre Oyonnax (14e, 11 pts) pour laisser sa place de barragiste au SUA et reléguer la lanterne rouge à quatre points.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire