En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Top 14: l'entraîneur de Lyon, Pierre Mignoni, prophète hors son pays

Mardi 15 mai 2018
Top 14: l'entraîneur de Lyon, Pierre Mignoni, prophète hors son pays
L'entraîneur de Lyon, Pierre Mignoni, lors de l'échauffement de son équipe avant un match de Top 14, à La Rochelle, le 17 mars 2018 - XAVIER LEOTY (AFP/Archives)

Quitter le nid pour prendre son envol: opposé au RC Toulon, son club de coeur, vendredi en barrages du Top 14 avec Lyon, Pierre Mignoni a gagné ses galons d'entraîneur en chef en partant de la Rade pour le Rhône il y a trois ans.

Dire au revoir à son cocon varois pour relever d'autres défis, il sait faire: jeune demi de mêlée prometteur, il avait quitté au terme de la saison 1996-1997 un RCT en grande difficulté financière pour Béziers. Rebelote trois ans plus tard, une fois le club rétrogradé administrativement.

Mignoni (28 sél. de 1997 à 2007) retournera à bon port une troisième et dernière fois, en 2009, pour y finir sa carrière avant d'intégrer dans la foulée, en 2011, l'encadrement comme adjoint chargé des arrières de Bernard Laporte.

L'aventure commune, fructueuse (trois Coupes d'Europe et un championnat de France), s'arrêtera en 2015: "Bernie" se lance à l'assaut de la présidence de la Fédération, et Pierre décide de grandir avec le LOU.

L'ambitieux club rhodanien lui propose le poste de manager que le président varois Mourad Boudjellal n'était pas prêt à lui offrir, l'estimant encore trop tendre pour la fonction. Elle a finalement été confiée à Diego Dominguez.. écarté quelques mois après le début de saison.

- La "connerie" de Boudjellal -

En avril 2017, Boudjellal a publiquement regretté sa "connerie": "Je me disais: +je lui donnerai les clés du camion dans un an ou deux, mais je ne pensais pas qu'il partirait+."

"Il était candidat mais, pour passer le cap Laporte, je voulais quelqu'un de connu avec une personnalité. Pierre ne l'avait pas encore. Je peux concevoir qu'il se soit vexé. Etre Toulonnais était devenu sa faiblesse, il était trop local, il fallait créer un petit événement (...) J'ai sous-estimé la qualité de son travail avec Bernard" a ajouté Boudjellal.

Comme adjoint de Laporte, Mignoni dit à l'AFP avoir "beaucoup appris, beaucoup évolué". "J'ai entraîné des joueurs de classe mondiale. Cela m'a aidé à me construire. J'ai pu gagner des titres. J'essaie de revivre les mêmes choses à Lyon dans une approche différente et dans un club différent."

C'est un euphémisme: il est passé du toit de l'Europe à la Pro D2 et à un LOU "aux résultats cahoteux". "J'avais l'image d'un club qui a du potentiel mais qui ne parvenait pas à s'installer sur le haut niveau, qui n'y arrivait pas tout simplement."

- L'éloge de Nonu -

A l'été 2015, Lyon venait en effet de reprendre illico l'ascenseur vers la Pro D2, comme en 2011. Après l'avoir fait remonter dès sa première année, Mignoni l'a maintenu dans l'élite puis l'a qualifié, cette saison, pour la première phase finale de son Histoire moderne.

"Une belle évolution du club. Elle est à la hauteur des investissements des actionnaires principaux (la société GL Events, NDLR) et c'est mérité pour ces gens là qui travaillent beaucoup et qui passent beaucoup de leur temps" souligne-t-il.

Mignoni est de ceux-là, et son oeuvre va jusqu'à taper dans l'oeil du centre de Toulon Ma'a Nonu, un soir d'août 2017 où le LOU vient s'imposer à Mayol en pré-saison (17-14): "Next French coach" ("prochain sélectionneur français, NDLR)" lui glisse ainsi l'ancien all black en le félicitant en zone mixte.

L'ancien demi de mêlée international n'en est pas là et a même paraphé en septembre dernier un contrat longue durée avec Lyon, jusqu'en 2023.

A beaucoup plus court terme, il y a donc ce barrage vendredi à Toulon, où il a "beaucoup de fierté de revenir avec le LOU".

"C'est chez moi. J'y ai grandi, j'y ai joué et entraîné. J'ai donc beaucoup de bonheur. J'espère que ce sera un grand match au cours duquel nous allons tout donner", ajoute-t-il. Pour tenter de rallier les demi-finales, disputées à Lyon. Le lieu, aussi, de son envol.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3