En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Soupçons de corruption pour Rio: le CIO "agira s'il y a des preuves"

Lundi 11 septembre 2017
Soupçons de corruption pour Rio: le CIO "agira s'il y a des preuves"
Le patron des JO-2016, Carlos Nuzman, dans les locaux de la police fédérale brésilienne pour une audition, le 5 septembre 2017 à Rio - Apu Gomes (AFP/Archives)

Le Comité international olympique (CIO) a annoncé lundi avoir demandé des informations aux autorités judiciaire brésiliennes, à la suite de l'ouverture d'une enquête sur des soupçons de corruption dans l'attribution des JO-2016 à Rio et qu'il agirait "s'il y a des preuves".

La commission d'éthique du CIO "a demandé à ses avocats brésiliens de prendre contact avec les autorités judiciaires brésiliennes" pour demander des informations, a indiqué le CIO dans un communiqué.

Les autorités brésiliennes ont lancé mardi dernier une vaste opération à l'encontre du chef de la candidature de Rio, Carlos Nuzman, ancien membre du CIO, soupçonné d'avoir organisé l'achat de voix au sein de l'instance pour obtenir en 2009 l'attribution des Jeux aux dépens de Madrid, Tokyo et Chicago.

La police a dit enquêter sur "un réseau international de corruption" incluant "l'achat de voix dans le cadre de l'élection par le CIO de la ville-hôte des jeux Olympiques 2016".

Courroie présumée de l'opération, Papa Massata Diack, fils de Lamine Diack, à l'époque patron de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) et lui aussi membre du CIO. Papa Massata Diack, qui aurait reçu 1,5 million de dollars de pots-de-vin de l'homme d'affaires brésilien Arthur Soares, les aurait ensuite redistribués en échange de voix.

"La commission d'éthique du CIO suit cette affaire. Si des preuves sont fournies, nous agirons", a assuré le CIO dont la commission exécutive est réunie lundi à Lima, avant l'ouverture de la 131e session mercredi qui doit attribuer officiellement les JO-2024 et 2028 respectivement à Paris et Los Angeles.

Le CIO a également réaffirmé que les cas de transgression survenus dans le passé "seraient bien évidemment aussi traités".

"Comme toutes les autres organisations, le CIO n'est pas à l'abri d'éventuelles transgressions" mais un "nouveau système de bonne gouvernance a été mis en place" qui porte "également sur l'élection des villes hôtes à l'organisation des jeux Olympiques", ajoute le communiqué.

Le CIO a "renforcé le dispositif de prévention et de sanction de manière significative", rappelant également que Lamine Diack a perdu sa qualité de membre honoraire du CIO.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3