En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Six nations: "pas d'ultimatum" pour l'équipe de France, déclare Laporte

Mardi 10 janvier 2017
Six nations: "pas d'ultimatum" pour l'équipe de France, déclare Laporte
Le président de la FFR, Bernard Laporte en conférence de presse, à Marcoussis, le 14 décembre 2016 - FRANCK FIFE (AFP/Archives)

"L'équipe de France doit gagner" mais elle n'a "pas d'ultimatum" pour le Tournoi des six nations 2017, a déclaré mardi le président de la Fédération française de rugby (FFR) Bernard Laporte.

"Je veux que l'équipe de France soit championne du monde en 2019" mais "il faut gagner des Tournois aussi", a fixé comme objectif à moyen terme le nouveau président de la FFR, élu le 3 décembre et qui s'exprimait à l'occasion de la présentation du dispositif de France Télévisions pour le Tournoi, à moins d'un mois du premier match des Bleus en Angleterre le 4 février.

Q: Quels sont les objectifs que vous fixez à l'équipe de France dans ce Tournoi des six nations ?

R: "L'objectif de l'équipe de France, c'est de gagner. Maintenant, on sait que l'année impaire est compliquée parce qu'on va et en Angleterre et en Irlande, qui sont deux postulants à la victoire. Mais si j'ai bien compris, les années avec des 7 nous sont favorables (la France a remporté le Tournoi en 1967, 1977, 1987, 1997 et 2007, NDLR). Mais je la vois, la question: il n'y a pas d'ultimatum pour cette équipe de France. Ce n'est pas parce qu'on ne va pas gagner le Tournoi qu'on va dire: +c'est terminé+. Ce que je veux, c'est qu'on continue sur ce qu'il s'est passé depuis l'automne. Effectivement, il faut regagner des matches. L'équipe de France doit gagner."

Q: L'ultimatum, c'est donc la Coupe du monde 2019...

R: "Je suis convaincu d'une chose, c'est que nous allons avoir des résultats. Je le disais haut et fort dès mon arrivée, je veux que l'équipe de France soit championne du monde en 2019. Si on n'a pas cette ambition, alors il faut rester à la maison. C'est clair, net et précis pour moi. Mais je ne veux pas entendre dire: +on verra, l'objectif c'est de gagner la Coupe du monde+ (en 2019 au Japon, NDLR). Oui, il faut gagner des Tournois aussi. (...) La Coupe du monde étant la finalité d'un cycle."

Q: Et pour l'équipe de France féminine, dont vous venez de changer subitement l'encadrement, quels sont les objectifs dans ce Tournoi ?

R: "Pour les filles, c'est exactement la même chose. Je tiens à vous rassurer: tout se passe bien. J'ai vu qu'il y avait quelques turbulences, mais quand je suis arrivé, c'était vraiment très calme. Il y avait des antécédents à régler. J'ai délégué à Annick Hayraud, qui est une spécialiste. Elle a décidé de changer d'entraîneur, c'est son problème, ce n'est pas le mien. Mais ce n'est pas ça qui a créé les turbulences que vous avez vues. Il y avait des problèmes de contrat qu'on devait re-signer, donc on a redéfini un cahier des charges avec elle. Un des mes engagements forts dans la campagne, c'était d'accompagner le rugby féminin. Vous vous doutez bien que je vais le faire."

Propos recueillis par Pierrick Yvon

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire