En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Rugby à VII: les Bleus retrouvent des couleurs, en attendant les Blacks

Samedi 13 mai 2017
Rugby à VII: les Bleus retrouvent des couleurs, en attendant les Blacks
Sacha Valleau et l'équipe de France de rugby à VII lors d'une étape du circuit mondial à Dubai, le 2 décembre 2016 - STRINGER (AFP/Archives)

Un peu blafarde depuis le début de saison, l'équipe de France à VII a retrouvé samedi des couleurs devant son public lors de la phase de poule du tournoi de Paris, de bon augure avant d'affronter la Nouvelle-Zélande en quarts de finale.

Après une victoire serrée contre le Kenya (22-14), qu'ils n'avaient pas battu depuis trois rencontres, et une défaite sans appel face à l'Angleterre (7-24), les hommes de Frédéric Pomarel se sont ressaisis grâce à un Jean-Pascal Barraque en forme lors du troisième et dernier match de la poule C en écrasant l'Espagne 33 à 0, une victoire synonyme d'une place en quarts de finale.

Un niveau que les hommes de Frédéric Pomarel n'avait pas atteint depuis janvier et la 3e étape organisée à Wellington fin janvier. Ils s'étaient néanmoins incliné lourdement face au futur vainqueur du tournoi, l'Afrique du Sud (45-0).

Le capitaine de l'équipe de France, Julien Candelon, le reconnaît, les Bleus ont joué cette première journée de 9e et avant dernière étape du circuit mondial en étant "crispés". "Il y a encore des péchés de gourmandise qui nous empêche de marquer. Demain, il va falloir gommer tout le négatif et repartir avec tout l'enthousiasme qu'on a mis dans ce match", analyse le vétéran de 36 ans.

De son côté, le pilier de 24 ans, Jonathan Laugel, tente de positiver, estimant que la France est chanceuse d'avoir déjà "griller son jocker": "C'est une petite chance d'avoir fait cette petite erreur (contre l'Angleterre) aujourd'hui. Ca veut dire qu'on la fera pas demain".

"Les Blacks ont un super jeu, on a envie de se mettre face à eux, surtout ici à la maison, avec ce super public à qui on a envie de faire plaisir. Je ne pense pas que ce soit eux qui vont nous arrêter", ajoute-t-il.

La Nouvelle-Zélande, presque intouchable en rugby à XV, est un adversaire également redoutable a VII. Héritant pourtant d'un groupe B relevé, le futur adversaire des Bleus, quatrième au classement général, ont fait preuve d'aisance sur la pelouse du stade Jean Bouin, en écartant le Pays de Galles (26-7), puis l'Argentine (21-14) et les Etats-Unis (27-14). La partie s'annonce délicate.

Dans la poule A, l'Ecosse, neuvième au classement, a créé la surprise en terminant à la première place. L'équipe au chardon a notamment disposé de l'Afrique du Sud (19-12), actuel leader, et le Canada (26-19), vainqueur de l'étape précédente à Singapour. Elle affrontera en quarts de finale les Fidji, 2e de la poule D et vainqueur du tournoi de Paris l'an dernier.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire