France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Roland-Garros: Stephens ne veut plus entendre qu'elle ne gagne "qu'aux Etats-unis"

Samedi 09 juin 2018
Roland-Garros: Stephens ne veut plus entendre qu'elle ne gagne "qu'aux Etats-unis"
L'Américaine Sloane Stephens sert contre la Roumaine Simona Halep en finale à Roland-Garros, le 9 juin 2018 - Eric FEFERBERG (AFP)

La championne de l'US Open, l'Américaine Sloane Stephens ne veut plus entendre qu'elle ne gagne "qu'aux Etats-unis" et se sent désormais meilleur "qu'avant" grâce à la finale atteinte à Roland-Garros, a-t-elle affirmé samedi en conférence de presse.

"Peut-on rappeler que vous tous (les journalistes) ici présents aviez tweeté que j'avais un bilan négatif (victoires/défaites) partout sauf aux Etats-Unis. Là, je pense avoir fait du bon boulot en atteignant la finale de Roland-Garros. Donc, si vous pouviez tweeté ça aussi, cela me rendrait très heureuse. Je vous retweeterais", a affirmé la Floridienne de 25 ans, après sa défaite face à la N.1 mondiale, la Roumaine Simona Halep.

Parmi les six titres de son palmarès, cinq ont été remportés sur le continent américain, dont quatre aux Etats-Unis (Washington 2015, Charleston 2016, US Open 2017, Miami 2018).

Après son triomphe à l'US Open en septembre, la future N.4 mondiale (meilleur classement ce lundi) avait essuyé huit défaites consécutives et n'avait réenclenché la marche avant que fin février... sur le continent américain, à Acapulco (Mexique). Elle n'a pas eu l'air d'apprécier que les médias s'attardent sur cette mauvaise série.

"Visiblement, la seule chose que vous voulez dire c'est +"Elle a 0 (victoire) et 8 (défaites) dans les autres pays+, et bla-bla-bla. Oui, je veux parler de vous, de vous et de beaucoup d'entre vous aussi", a-t-elle affirmé en pointant des journalistes du doigt.

"Je ne sais pas où j'en suis aujourd'hui mais, en tous cas, c'est mieux qu'avant", a conclu Stephens en ajoutant que les journalistes restaient "(ses) plus grands détracteurs".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire