En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Real-PSG: Zidane, zen avant un match avec "un peu plus de pression"...

Mardi 13 février 2018
Real-PSG: Zidane, zen avant un match avec "un peu plus de pression"...
L'entraîneur du Real Zinédine Zidane, le 13 février 2018 à Madrid - GABRIEL BOUYS (AFP)

Quelques jongles à l'entraînement, des sourires à la presse: Zinédine Zidane a affiché mardi un calme olympien mais attend "un peu plus de pression" mercredi avant Real Madrid-PSG. Son homologue Unai Emery s'est voulu confiant mais a aussi été renvoyé aux fantômes de l'échec à Barcelone...

D'habitude, seule une trentaine de journalistes espagnols et de correspondants étrangers suivent le quotidien du club merengue, géant européen à l'audience mondiale.

Cette fois, dans le centre d'entraînement ultramoderne du Real à Valdebebas, dans l'est de la capitale espagnole, l'affluence a été digne d'un clasico face au Barça ou d'une demi-finale de C1. Avec bien plus de journalistes que lors des huitièmes de finale contre Naples (2017) ou l'AS Rome (2016) ces dernières années.

Selon le Real, quelque 800 professionnels de presse ont été accrédités pour ce match, représentant 200 médias différents, dont 130 non-espagnols.

Aussitôt les portes du terrain d'entraînement ouverts, les journalistes se sont agglutinés le long des barrières d'une terrasse surplombant la pelouse. Pendant ce temps, les Madrilènes enchaînaient les passes lors d'un "toro" (ou "rondo") rythmé par les exclamations des joueurs et les coups de sifflet de l'encadrement.

- Zidane: 'A fond dans ma passion' -

Zidane, crampons aux pieds et vêtu d'une doudoune sombre, a osé quelques jongles devant la trentaine de caméras braquées sur lui, sous un frais soleil d'hiver. Dans son élément, avec le naturel qui lui a permis de conquérir deux Ligues des champions consécutives dès ses deux premières saisons d'entraîneur principal dans l'élite.

"Je travaille, je suis dans ce que j'aime, je suis vraiment à fond dans ma passion", a souri le Français en conférence de presse. Pas vraiment tendu, malgré l'obligation de devoir sauver en C1 une saison très mal engagée.

"On est très contents de pouvoir faire deux matches comme ça, on profite tous de vivre ces moments-là. Aujourd'hui, pas de pression particulière, on a préparé la semaine comme d'habitude", a temporisé Zidane...

Tout en reconnaissant que mercredi, "avant le match, il y aura certainement un peu plus de pression comme doivent l'avoir les joueurs, l'entraîneur, pour le match". "Mais je vais prendre du plaisir", a-t-il assuré.

Une allusion à Marseille, sa ville natale, et à la rivalité entre l'OM et le PSG lui a arraché un sourire. Et les journalistes ont ri de bon coeur quand, après une longue question sur la tactique qu'il prévoyait, "Zizou" a répondu, désarmant: "Désolé, mais je ne vais rien vous dire".

- Rassemblement attendu au Bernabeu -

Tout le camp "madridiste" espère que le poids de l'enjeu sera davantage sur les épaules du PSG qui s'était effondré au même stade de la compétition, l'an dernier, face au FC Barcelone (4-0, 1-6).

Dans cette optique, le capitaine du Real Sergio Ramos a appelé les supporters à une "quedada": un rassemblement autour du Bernabeu deux heures avant la rencontre pour faire monter la température et accueillir bruyamment les bus des deux équipes.

A son arrivée mardi à la conférence de presse au stade merengue, Unai Emery s'est montré moins souriant que Zidane. D'autant que beaucoup de questions ont tourné autour du souvenir de la déroute face à Barcelone (4-0, 1-6) au même stade l'an dernier.

"Je crois que nous sommes mieux préparés", a lancé le technicien basque. "Nous avons parlé peu mais de manière très claire de ces moments-là. Dans les circonstances où les choses ne se passent pas bien, on apprend beaucoup."

Un an après avoir sombré au Camp Nou, les joueurs parisiens se sont entraînés mardi matin au Camp des Loges de Saint-Germain-en-Laye. Layvin Kurzawa, Thiago Motta, Edinson Cavani, tous trois absents à Toulouse samedi, étaient bien présents, tout comme Kylian Mbappé ou Neymar, même si Motta, trop juste, a ensuite été écarté du groupe.

En soirée, l'effectif a foulé la pelouse du Bernabeu pour s'imprégner de l'ambiance de cet autre stade mythique du football mondial (81.000 places). Plus au calme que mercredi soir, lorsque l'enceinte sera pleine à craquer pour un match considéré "à haut risque", avec 1.800 agents mobilisés pour l'occasion.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
L'info en continu
1/3