France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Premières inculpations dans le scandale du football belge

Jeudi 11 octobre 2018
Premières inculpations dans le scandale du football belge
Véhicules de la police belge - KENZO TRIBOUILLARD (AFP/Archives)

Un arbitre, un agent de joueurs et des dirigeants de clubs figurent parmi les premiers inculpés de la vaste enquête anti-fraudes qui éclabousse la première division du football belge et s'annonce comme un des plus gros scandales sportifs dans l'histoire du pays.

Au total, 29 personnes ont été interpellées depuis mercredi en Belgique, a indiqué le parquet fédéral jeudi.

La grande majorité d'entre elles doivent être présentées au juge d'instruction chargé du dossier dans un délai de 48 heures après les arrestations de mercredi matin.

En outre, a précisé le parquet, le juge chargé du dossier a lancé deux mandats d'arrêt européens contre deux suspects arrêtés à l'étranger dans cette vaste enquête qui porte notamment sur des fraudes liées à des transferts et des matchs arrangés.

L'un d'eux, présenté comme "U.J.", est un agent de joueurs monténégrin dont un tribunal de Belgrade a ordonné jeudi l'incarcération en vue de son extradition, selon les médias serbes.

L'opération coordonnée par Eurojust et qui a mobilisé 220 policiers a été menée simultanément mercredi en Belgique et dans six autres pays européens dont la France, la Serbie et Chypre, où une arrestation a aussi eu lieu mercredi.

Dans le volet de l'enquête qui concerne de présumés matchs arrangés au bénéfice du FC Malines, le juge d'instruction a inculpé jeudi cinq personnes, selon un décompte du parquet.

L'un des cinq hommes, présenté par le parquet comme "T.S.", a été écroué, soupçonné de "blanchiment d'argent, participation à une organisation criminelle et corruption privée active et passive".

D'après la presse flamande, il s'agit de Thierry Steemans, directeur financier du FC Malines (ou KV Mechelen en néerlandais, actuellement en deuxième division belge).

Les inculpés "O.S.", "D.H" et "S.D", qui ont été libérés sous conditions, sont respectivement, d'après l'agence Belga, Olivier Somers, l'un des propriétaires du club de Malines, Dirk Huyck, président du Waasland Beveren, et l'arbitre Sébastien Delferière.

Dans le viseur des enquêteurs: les matchs Anvers-Eupen et FC Malines-Waasland Beveren, disputés en mars lors des deux dernières journées de la saison 2017-2018 de Jupiler Pro League, la première division belge.

Leurs résultats auraient été "influencés" au bénéfice de Malines "dans le cadre du sauvetage du club qui luttait contre sa relégation", selon un communiqué du parquet fédéral.

- Bijoux et montres de luxe-

La tentative de sauvetage a échoué puisque le FC Malines n'a pu se maintenir en raison d'une moins bonne différence de buts qu'Eupen.

Parmi les grandes figures interpellées, le Croate Ivan Leko, entraîneur du FC Bruges, qui dispute cette saison la Ligue des champions, a été remis en liberté jeudi après son inculpation pour "blanchiment d'argent".

Une mise en cause vivement contestée par son conseil Me Walter Van Steenbrugge.

"Il est question d'une partie d'un salaire qui aurait échappé au fisc il y a quelques années. On doit vérifier. Cela n'a rien à voir avec du blanchiment", a déclaré l'avocat à l'AFP.

En Belgique, où l'affaire était qualifiée de "séisme" par les médias, les sièges de neuf des plus grands clubs du pays ont été perquisitionnés.

Ceux du FC Malines, d'Anderlecht, du FC Bruges, du Standard de Liège, de la Gantoise, du Sporting Lokeren, du FC Courtrai, d'Ostende et de Genk, actuel leader de la Jupiler Pro League, a détaillé jeudi le parquet fédéral.

Lors de 44 raids policiers dans le pays, de l'argent liquide, des bijoux ont été saisis, et "des boîtes vides ayant contenu des montres de luxe d'une valeur totale de 8 millions d'euros ont également été trouvées", selon la même source.

Dans le volet consacré aux transactions financières douteuses liées à des transferts, l'agent de joueurs Mogi Bayat est soupçonné d'avoir bénéficié de complicités "en France, en Angleterre et au Luxembourg, entre autres".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire