France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Paris SG contre Saint-Etienne: la tête à Liverpool

Vendredi 14 septembre 2018
Paris SG contre Saint-Etienne: la tête à Liverpool
L'entraîneur du PSG Thomas Tuchel avant le match contre Nîmes, le 1er septembre 2018 à Nîmes - Pascal GUYOT (AFP/Archives)

C'est un peu toujours la même histoire avant la Ligue des champions: le Paris SG doit s'économiser et en même temps gagner pour entretenir sa dynamique. Mais vendredi contre Saint-Etienne, ce ne sera pas une promenade de santé avant le choc monumental de mardi contre Liverpool.

Il ne faut pas remonter très loin pour trouver trace d'un avant-Ligue des champions compliqué: la saison dernière, le PSG version Neymar et Mbappé, qui marchait jusque là sur l'eau, avait été défait chez le promu strasbourgeois (2-1) début décembre, trois jours avant d'être corrigé par un Bayern Munich revanchard (3-1).

Avant la manche aller contre l'épouvantail de son groupe européen, il avait aussi été tenu en échec à Montpellier (0-0) mais s'était imposé sereinement contre les Munichois (3-0).

- Saint-Etienne consistant -

Cette saison, Paris a l'avantage de disputer au Parc des Princes les deux matches qui précèdent les chocs face au finaliste de la dernière Ligue des champions, contre Toulouse fin novembre et donc contre Saint-Etienne vendredi (20h45). A domicile, le PSG est globalement injouable, avec seulement 5 points abandonnés en route (dont trois quand le club était en roue libre, en fin de saison contre Rennes), contre 17 victoires en 19 matches.

Mais Saint-Etienne est, sur le papier au moins, un adversaire plus consistant que les deux précédentes victimes du PSG version Parc des Princes, Caen et Angers, respectivement écartées 3-0 et 3-1. Les Verts n'ont gagné qu'un seul de leurs 4 matches (contre Guingamp, lors de la première journée, 2-1) cette saison ? Ils n'ont pas non plus perdu (3 nuls) et encaissent peu de buts.

En outre, le groupe construit par l'entraîneur Jean-Louis Gasset compte quelques références de L1, du gardien Stéphane Ruffier au capitaine Loïc Perrin, en passant par les recrues Yannis Salibur ou Wahbi Khazri. Sans parler du solide milieu Yann M'Vila - Ole Selnaes.

C'est justement dans l'entrejeu que le PSG pose le plus question: sa "MCN", la triplette d'attaque la plus chère de l'histoire, est repartie sur les standards élevés qui ont fait sa marque de fabrique la saison dernière (en Ligue 1, 2 buts en 2 matches pour Cavani, 4 en 4 matches pour Neymar, 4 en 3 matches pour Mbappé).

- Tuchel pas satisfait "à 100%" -

Au milieu en revanche, les interrogations sont nombreuses depuis que le PSG a - comme l'été précédent - échoué à recruter un milieu défensif susceptible de faire oublier le retraité Thiago Motta. Sur RMC en début de semaine, l'entraîneur Thomas Tuchel a reconnu n'être "pas satisfait à 100%" par le mercato parisien.

"Ce n'est pas un secret qu'on cherchait un N.6, on cherchait un remplaçant à Thiago Motta. Mais pour un milieu de ce type au PSG, il faut chercher le talent et une très grosse personnalité. On n'a pas réussi malheureusement, on a manqué de temps sur la fin", a-t-il exposé.

L'entraîneur allemand a testé le défenseur central de formation Marquinhos - "très rapide, fort dans sa tête, un soutien mental, un joueur qui se sacrifie volontiers" dixit l'ancien coach de Dortmund - à ce poste de milieu défensif, sans que ce soit pour le moment une réussite.

L'Italien Marco Verratti a repris l'entraînement collectif, après une nouvelle alerte aux niveau des adducteurs, son point faible depuis son arrivée à Paris en 2012. Mais il manque de rythme, n'est pas milieu défensif et... sera suspendu contre Liverpool, en raison de son exclusion la saison dernière en huitièmes de finale de la Ligue des champions contre le Real Madrid (1-3, 1-2).

La confrontation avec "Sainté" va donc servir de premier révélateur sur les ambitions que le PSG peut avoir sur la scène continentale. Elle pourrait aussi servir de répétition générale pour le latéral gauche espagnol Juan Bernat, arrivé en dernière minute.

Censé pallier le départ de Yuri Berchiche, l'ancien joueur du Bayern Munich pourrait bien débuter mardi dans l'enfer d'Anfield en raison de l'absence durable de Layvin Kurzawa, opéré mercredi au dos et indisponible pendant plusieurs semaines. Pour lui comme pour l'ensemble du PSG, une répétition générale contre les Verts ne sera pas de trop avant d'affronter les "Reds".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire