France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Nantes: coach Vahid à la recherche du second souffle

Mardi 04 décembre 2018
Nantes: coach Vahid à la recherche du second souffle
L'entraîneur bosnien de Nantes, Vahid Halilhodzic, lors du match de Ligue 1 à Rennes, le 11 novembre 2018 - JEAN-FRANCOIS MONIER (AFP/Archives)

L'élan qui a porté Nantes pendant cinq matches avant la trêve internationale s'est-il déjà essoufflé? Après la défaite à Saint-Étienne (3-0), Vahid Halilhodzic espère bien relancer son équipe contre Marseille, mercredi, sous peine de la voir rentrer dans le rang.

"Humainement compréhensible mais sportivement inacceptable". Avec son sens de la formule habituel, Coach Vahid a résumé son sentiment sur le "petit relâchement" de ses joueurs dans le Forez, vendredi.

"C'était un match bizarre" mais une "défaite tout à fait logique", a admis l'entraîneur franco-bosnien.

"C'est une petite gifle qui va nous réveiller", a-t-il ajouté, comme pour se rassurer.

Il faut dire que son équipe a été méconnaissable à Geoffroy-Guichard, même si elle n'a cédé que dans les 20 dernières minutes.

Elles ont semblé bien loin ces deux semaines entre le 20 octobre et le 4 novembre où les Canaris, irrésistibles, avaient enchaîné quatre succès, dont un en Coupe de la Ligue, en inscrivant 14 buts.

Passés de la 18e à la 10e place, il n'en avait pas fallu plus pour que leurs supporters, toujours très prompts aux enflammades, parlent d'Europe.

Le nul lors du derby âpre à Rennes (1-1) avait encore semblé être un bon résultat compte tenu du scénario - avec un pénalty raté par Grenier - et compréhensible après une telle débauche d'énergie et d'adrénaline.

Celui contre Angers (1-1) au retour de la trêve, pouvait passer pour un accident, Nantes ayant tiré 22 fois au but.

- Attention, fragile -

Mais après le revers à Saint-Étienne, la question du niveau réel de Nantes et donc de ses ambitions légitimes est bel et bien posée.

Après tout, une autre lecture des semaines passées serait que les succès de fin octobre et début novembre ont été obtenus contre des équipes affaiblies: Toulouse qui ne gagnait plus (4-0), Amiens (2-1) et Guingamp (5-0) au fond du trou, et Montpellier complètement remanié pour la Coupe de la Ligue (3-0).

Dès que l'opposition a été plus consistante - Rennes et Angers - Nantes n'a plus gagné, et quand elle s'est élevée encore avec un vrai prétendant à l'Europe, la défaite était au bout.

"Je ne suis pas tombé dans ce piège" de parler d'Europe, a opportunément rappelé Halilhodzic en conférence de presse, ajoutant qu'il avait toujours "dit que c'était fragile".

La réception de Marseille sera donc un vrai révélateur, d'autant que Nantes récupèrera normalement Valentin Rongier, absent contre Angers et Saint-Étienne et Andre Girotto, devenu indispensable en sentinelle du milieu de terrain, à Geoffroy-Guichard.

"Il faut que l'équipe retrouve l'esprit pour gagner", a admonesté Coach Vahid lundi, d'autant que d'ici la trêve, Nantes devra aussi recevoir Montpellier, deuxième du classement, retourner à Rennes en Coupe de la Ligue et aller au Parc des Princes pour la dernière journée de la phase aller.

Nous avons "quatre matches assez difficiles, il ne faut qu'on retombe dans la même situation qu'il y a deux mois", a poursuivi Halilhodzic qui, plus par lucidité que pour jouer les oiseaux de mauvais augure a averti: "ce sera une saison bien plus compliquée que certains ne le pensent".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire