En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Marseille: la fin du feuilleton Diarra

Mardi 14 février 2017
Marseille: la fin du feuilleton Diarra
Lassana Diarra à l'échauffement avec l'OM avant la réception de Guingamp au Vélodrome, le 8 février 2017 - BORIS HORVAT (AFP/Archives)

"Aujourd'hui, je quitte l'OM après y avoir passé un an et demi", a tweeté Lassana Diarra mardi soir. L'international français a résilié son contrat "d'un commun accord" avec le club phocéen, mettant fin à un feuilleton qui a parasité les premiers mois de la nouvelle direction.

Lass' Diarra et ses ennuis financiers étaient devenus une épine dans le pied de l'Olympique de Marseille et du "champions project" du nouveau propriétaire américain Frank McCourt. Le milieu de terrain de 31 ans, en quête d'un point de chute, avait été mis à l'écart le temps du mercato.

Il avait finalement fait brièvement son retour dans le groupe de l'OM lors de la réception de Guingamp mercredi dernier en L1 (2-0), avec une entrée en fin de partie. Mais était de nouveau absent pour la défaite à Nantes dimanche soir (3-2).

"Toujours rester serein...", tweetait sobrement le milieu international (34 sélections) la veille de ce match. Après un communiqué du club, c'est encore sur Twitter que Diarra a dit adieu à la Canebière. "Bonne chance pour la fin du Championnat et à bientôt", a-t-il d'abord écrit. "Une pensée affectueuse pour ceux qui m'ont soutenu chez les supporters, dans le staff, les employés du club et surtout mes coéquipiers. #Love", a-t-il enchaîné plus tard, avec une photo où il apparaît entouré notamment de Dimitri Payet et Bafétimbi Gomis.

Ces derniers mois, son parcours à l'OM a été miné par les imbroglios financiers. Il y a d'abord cette amende de 10 millions d'euros qu'il doit payer pour sa rupture de contrat avec son ancien club, le Lokomotiv Moscou.

"C'est normal que je prenne en considération cette amende. La plupart des gens ne savent pas ce que ça représente une amende d'une telle somme", avait indiqué Lass' en novembre.

Et puis il y a ces millions d'euros de dommages et intérêts que lui et ses avocats réclament pour un transfert avorté vers le club belge de Charleroi: 6 M EUR pour obtenir réparation de sa saison blanche à cause ce transfert raté (2014-2015) et quatre pour ne pas avoir bénéficié d'une "vitrine" en Wallonie, puis avoir dû accepter à l'OM un salaire inférieur à ce qu'il considère comme sa véritable valeur sur le marché.

- Retour furtif avec les Bleus -

Ses difficultés sont venues parasiter le passage de Diarra à l'OM malgré des premiers mois prometteurs, incarnés par ce but tout en puissance qui avait fait chavirer le Vélodrome un soir d'août contre Troyes (6-0). Ses performances avaient poussé Didier Deschamps à le rappeler en Bleu en octobre 2015, pour un retour en fanfare, marqué par une victoire autoritaire contre l'Arménie (4-0).

Son expérience et sa technique semblaient en faire un patron des Bleus en puissance, comme il l'était à l'OM, durant sa première saison tout du moins. Mais une inflammation au genou gauche l'a privé d'Euro et sa dernière sélection remonte à un amical contre le Cameroun en mai.

Depuis, il a enchaîné les hauts et les bas et son départ s'est dessiné au fil des semaines, quand bien même Rudi Garcia assurait il y a dix jours encore que Lass Diarra allait terminer la saison avec l'équipe.

En novembre, le joueur avait indiqué être "sur la même longueur d'onde" que les nouveaux dirigeants marseillais, et même "séduit et attentif" par le projet de Garcia. Mais pris en grippe par une partie du public marseillais, sa lune de miel avec la direction a vite tourné au vinaigre, avec un divorce officialisé le jour de la Saint-Valentin.

La question se pose désormais du futur club de ce globe-trotteur qui a connu quatre pays dans sa carrière. La Chine, un pays du Golfe qui pourrait prendre en charge son amende ? Etant libre, Diarra a le choix pour tracer sa route, avec Marseille dans le rétroviseur.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire