France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Loeb: "Toujours un handicap d'ouvrir"

Mardi 08 janvier 2019
Loeb: "Toujours un handicap d'ouvrir"
La Peugeot 3008 DKR de Sébastien Loeb fonce vers la victoire dans la 2e étape du Dakar vers San Juan de Marcona, le 8 janvier 2019 - FRANCK FIFE (AFP)

Sébastien Loeb (Peugeot) a compensé une première journée moyenne en allant chercher, mardi, son onzième succès d'étape sur le Dakar-2019. Mais le nonuple champion du monde WRC doit désormais partir seul en tête pour la troisième étape, "toujours un handicap", de son propre aveu.

Q: Finalement, perdre du temps hier pour éviter de partir en premier, c'était la bonne stratégie.

R: On ne voulait pas ouvrir, c'est sûr. Mais on était loin sur la piste, ça ne servait pas à grand chose d'être aussi loin car les traces étaient quand même marquées. Mais oui, la stratégie de ne pas ouvrir était la bonne. On fait une bonne spéciale, on ne fait pas vraiment d'erreur. On ne s'est pas trompé dans la navigation même si ce n'était pas toujours la route idéale...

Q: Êtes-vous rassuré de voir que vous pouvez faire le meilleur temps sur une vraie spéciale, longue et difficile?

R: L'an dernier, on a déjà vu que c'était possible. Là, c'est plus compliqué: les autres voitures ont progressé, nous non. On a bien roulé mais on n'a pas fait l'écart quand même... Globalement, c'est bien. La voiture est encore dans le coup. Donc il y a moyen de jouer un peu.

Q: Résultat, vous faites la bonne opération du jour.

R: On fait une bonne opération, c'est vrai. Par contre, demain, on ouvre la route. Mais bon... si tu ne fais que perdre tout le temps, tu ne gagnes pas à la fin. Donc il faut bien choisir des étapes où on attaque et on ne se pose pas de question.

Q: Vous êtes-vous senti à l'aise dans ces dunes?

R: C'était plutôt compliqué. C'est difficile de reprendre le rythme, de trouver le bon rythme d'attaque parce que c'est piégeux. J'étais parfois hésitant à certains endroits, d'autres où je me faisais surprendre quand même...

Q: Au final, vous passez une belle journée, non?

R: C'est une bonne journée, c'était difficile de faire beaucoup mieux. Attaquer plus, ce serait une connerie. On verra demain ce que ça donne. C'est toujours un handicap d'ouvrir mais on fera avec.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
A la une