En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Lille: Lopez, l'ambition européenne et l'ombre de Bielsa

Vendredi 13 janvier 2017
Lille: Lopez, l'ambition européenne et l'ombre de Bielsa
Le nouveau propiétaire du club de Lille Gérard Lopez, le 13 janvier 2017 à Camphin-en-Pévèle - FRANCOIS LO PRESTI (AFP)

Objectif podium de L1 à partir de 2019: l'homme d'affaires hispano-luxembourgeois Gérard Lopez a pris la parole vendredi avant de prendre les commandes de Lille, avec un projet pour "titiller les grandes écuries", avec peut-être Marcelo Bielsa comme entraîneur, son "ami".

Après l'arrivée des Qataris au PSG en 2011 et celle d'un Américain à Marseille en octobre dernier, c'est un autre bastion historique du foot français qui connaît un nouvel élan, au bout de quinze ans de présidence de Michel Seydoux, avec comme point d'orgue le doublé Coupe-Championnat en 2011.

Le contact s'était noué cet été, les discussions en vue de la reprise sont devenues exclusives en octobre et la cession va donc se faire en janvier 2017 entre les deux dirigeants, tout sourires lors de leur conférence de presse commune de passation.

Lopez, qui rachète 95% des parts du club, en deviendra officiellement le propriétaire juste avant le passage -- lundi selon certaines sources proches du club -- devant la DNCG, gendarme financier du foot, prévu mercredi prochain à 10h30. Combien vaut le Losc ? "Pas loin" de 80 millions d'euros, ont répondu Lopez et Seydoux interrogés par L'Equipe sur la valorisation du club.

Passionné de foot mais candidat malheureux à la reprise de l'OM, Lopez (45 ans) entend donner un coup de fouet à un Losc plongé dans un certain anonymat ces dernières années (12e de L1 à mi-saison).

- Eté 2017 actif -

Il apporte sa puissance financière, bâtie à partir d'un coup de maître initial au début des années 2000, lorsqu'il avait tiré les fruits de son investissement dans l'application Skype.

Le nouveau patron a présenté un "plan à 5 ans", par étapes: d'abord une "saison de transition" jusqu'à juin prochain, puis "dans les 12 à 18 prochains mois, intégrer de nouveaux éléments, avoir un nouveau coach et jouer le top 5, top 6 en France". Enfin, "l'objectif à long terme, au delà de 18 mois, c'est titiller les grandes écuries, jouer le top 3".

Dans l'immédiat, l'effectif professionnel devrait s'étoffer dès ce mercato hivernal de "certainement trois, peut-être quatre nouveaux joueurs", a-t-il annoncé.

Par la suite, et dès l'été 2017, il assure qu'il sera "capable de faire venir des joueurs d'un talent comparable aux meilleurs du championnat", avec une préférence pour les "joueurs de 17-23 ans".

Ce grand passionné de foot et fan du FC Barcelone peut s'appuyer sur son entregent et ses réseaux: entre 2011 et 2015, à la tête de l'écurie Lotus, il a sillonné la planète et croisé dirigeants économiques et politiques.

- 'El Loco' ou 'El Collot' ? -

Dans le ballon rond, il possède de solides amitiés: Marc Ingla, ancien directeur marketing du FC Barcelone (2003-2007), prendra la direction effective du club et le Portugais Luis Campos, ex-directeur technique de Monaco (2013-2016), sera aux manettes de la politique sportive.

Et puis, il y a l'hypothèse Bielsa, qui se précise... plus ou moins. Tranchant dans la plupart de ses réponses, Lopez s'est fait plus flou concernant la question d'un changement d'entraîneur, en tout cas quant à sa mise en oeuvre.

Il existe "une liste d'entraîneurs, des gens à qui on a parlé", et surtout l'ancien coach démissionnaire de Marseille, qu'il a rencontré quand l'Argentin officiait à l'Athletic Bilbao (2011-2013) et dont il est devenu "ami".

Lopez a évoqué un "contrat de trois ans" dont il a parlé avec "El Loco" (le fou), mais "rien n'est signé". "Est-ce qu'on serait capables de gérer une relation avec Marcelo? La réponse est oui", a-t-il affirmé.

Le nouveau patron lillois, qui compte "éviter la gestion journalière" et se faire très rare dans les médias, a toutefois tenu à ménager l'actuel entraîneur, Patrick Collot, qui avait remplacé Frédéric Antonetti en novembre dernier: "C'est un luxe d'avoir quelqu'un qui connaît bien le club et a fait remonter l'équipe" au classement.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire