En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Ligue des champions: sans capitaine, le PSG et Emery face au verdict du Barça

Mardi 14 février 2017
Ligue des champions: sans capitaine, le PSG et Emery face au verdict du Barça
Le technicien Unai Emery lors d'une séance d'entraînement du PSG à Saint-Germain-en-Laye, le 13 février 2017 - PHILIPPE LOPEZ (AFP)

Le PSG d'Unai Emery peut-il franchir un palier face à un grand d'Europe ? Les Parisiens, privés à la dernière minute de leur capitaine Thiago Silva, reçoivent le FC Barcelone de Lionel Messi ce mardi soir (20h45) en 8e de finale aller de Ligue des champions.

Le forfait du défenseur central a été annoncé lundi soir, juste après le dernier entraînement. "O Monstro" est victime, selon une source proche du club parisien, d'une "gêne persistante au mollet gauche".

. Kimpembe dans le brasier ?

Selon une publication mardi de la femme de Thiago Silva sur les réseaux sociaux, repérée par le site spécialisé Culture PSG, cette blessure proviendrait d'un "coup" reçu lors du match contre Lille le 7 février dernier. L'absence du Brésilien est en tout cas un sacré handicap pour le PSG. Le coach Unai Emery devrait titulariser à sa place le tout jeune (21 ans) Presnel Kimpembe, inexpérimenté en Ligue des champions.

"Le PSG veut grandir" est malgré tout demeuré le mantra de l'entraîneur basque, à la veille de ce choc, tout comme celui de son attaquant vedette Edinson Cavani. Emery a justement été recruté cet été pour cela, amener Paris au delà des quarts de finale, ce plafond de verre que le club n'a jamais franchi depuis l'arrivée des propriétaires qataris en 2011-2012.

Son équipe a un peu douté pendant les premiers mois. Il a fallu "prendre un peu de temps pour faire ce que le coach aime, applique sa philosophie, c'est normal", expliquait il y a peu le Brésilien Lucas à l'AFP. Mais le temps n'est plus aux tâtonnements.

Se dressent devant les Parisiens le Barça et son infernale triplette "MSN", Messi-Suarez-Neymar. Un club qui a mis fin aux ambitions parisiennes à deux reprises ces dernières années, à chaque fois en quart, lors des éditions 2012-2013 et 2014-2015. 2015, l'année de la cinquième couronne européenne des Barcelonais, le grand rêve de l'état-major parisien.

. Ne pas prendre de but

Le Barça "est la meilleure équipe du monde, mais il n'y a pas d'équipe invincible", promet Lucas. "Quand on a les meilleurs attaquants du monde, ça fait toujours la différence", lui répond -par le biais de l'AFP- le latéral français Lucas Digne, qui, avant d'évoluer avec Lionel Messi, est passé par Paris de 2013 à 2015.

L'enjeu majeur -et la principale difficulté- de ce premier acte contre le Barça, avant le retour le 8 mars au Camp Nou, sera bien sûr de ne pas prendre de but au Parc des Princes. En 2013, le PSG avait été éliminé sans perdre (2-2 à l'aller à Paris, 1-1 au retour), à cause des buts inscrits à l'extérieur par les Barcelonais.

Ca va être dur en défense centrale où Marquinhos ne pourra donc pas évoluer avec son compatriote et compère Thiago Silva. Et le gardien allemand Kevin Trapp, en balance avec Alphonse Areola ces derniers mois, doit encore faire ses preuves au plus haut niveau...

En face Messi est le meilleur buteur de la C1 cette saison avec dix buts. Sur l'ensemble de sa carrière, le quintuple Ballon d'or argentin a marqué 93 fois en Ligue des champions et il mène la chasse à son rival du Real Madrid l'impressionnant Cristiano Ronaldo et ses 96 buts en C1.

. Suarez versus Cavani

Sans oublier Neymar, "un joueur incroyable, qui sera difficile à arrêter", convient Lucas, son coéquipier en sélection mais adversaire mardi au Parc. Ni l'Uruguayen Luis Suarez, déjà 18 buts en championnat d'Espagne cette saison.

Dans ce choc aux allures de derby sud-américain, le PSG comptera beaucoup sur son attaquant uruguayen Edinson Cavani. Repositionné avant-centre depuis le départ de Zlatan Ibrahimovic, "El Matador" n'a jamais autant brillé en France que cette saison, avec 25 buts en L1 et déjà six en Ligue des champions.

Comme toujours avec le Barça, la bataille du milieu va être cruciale, avec Andres Iniesta et Sergio Busquets d'un côté, et le métronome parisien Marco Verratti de l'autre, mais sans son compère italien Thiago Motta, suspendu. Emery devra gérer cette absence et faire ses choix pour entourer Cavani en attaque avec trois candidats pour deux postes: Lucas, l'Argentin Angel Di Maria ou l'Allemand Julian Draxler, recruté cet hiver à Wolfsburg pour quarante millions d'euros.

Quant au résultat final, il dira si le PSG peut surmonter l'absence de deux de ses cadres (Motta et Silva). Et surtout s'il a oui ou non véritablement grandi.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire