En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Ligue 1: service minimum pour le PSG à Toulouse avant le Real

Samedi 10 février 2018
Ligue 1: service minimum pour le PSG à Toulouse avant le Real
La star du PSG Neymar échappe au tacle du Toulousain Yannick Cahuzac, le 10 février 2018 au Stadium de Toulouse - PASCAL PAVANI (AFP)

Plus de doutes que de certitudes ? A quatre jours du choc en Ligue des champions face au Real Madrid, le Paris SG s'est imposé difficilement samedi (1-0) chez le mal classé Toulouse, grâce à Neymar, sur un ballon dévié par un adversaire. Il faudra en montrer plus face à Cristiano Ronaldo.

Unai Emery voyait ce dernier match avant le grand rendez-vous de Santiago-Bernabeu mercredi comme une "bonne préparation". Mais il rêvait à coup sûr d'un scénario plus favorable, avant de jouer la saison du PSG face aux Madrilènes de Zinédine Zidane, qui, de leur côté, ont cartonné contre la Real Sociedad en Liga (5-2), avec un triplé de CR7.

Scénario inverse pour les Parisiens, qui, longtemps muselés par Toulouse, modeste quinzième de Ligue 1, auront mis plus d'une heure pour marquer.

Soixante-huit minutes exactement avant que leur star brésilienne Neymar, au repos mardi en coupe de France à Sochaux deux jours après avoir fêté son anniversaire en grande pompe dans un lieu chic de la capitale, ne trompe Alban Lafont, aidé par le défenseur central toulousain Issa Diop, après une transversale d'Angel Di Maria.

"Ney" a trouvé ensuite deux fois les montants de Lafont du plat du pied sur le poteau (78e) et d'une magnifique frappe enroulée de l'extérieur de la surface sur la transversale (80e).

- Alves débordé -

Devant les journalistes, Emery a assuré être satisfait de cette répétition générale avant le Real.

"Notre équipe est prête et a fait aujourd'hui un autre pas pour la confiance. Nous avons fait le match qui était demandé en vue de mercredi", a déclaré le Basque.

Mais malgré la victoire, qui consolide la place de leader des Parisiens, cette rencontre devrait leur laisser un goût amer. Notamment à la vision de la facilité avec laquelle Max-Alain Gradel (13e) ou Corentin Jean (58e) ont éliminé Dani Alves, spécifiquement ciblé par le coach toulousain Michaël Debève.

Ce qui ne manquera pas de poser question à Emery au moment de composer son onze de départ pour Madrid. S'il pourrait préférer Thomas Meunier à l'ancien Barcelonais sur le côté droit de la défense, il n'a pas dû non plus trouver la solution dans l'équation du milieu.

- Diarra a raté le coche -

En l'absence de Thiago Motta, tout juste revenu de blessure et qui ne sera pas du déplacement à Madrid, Emery avait choisi de titulariser Lassana Diarra. Signe de sa probable présence au coup d'envoi à Madrid dans la tête du Basque.

Mais "Lass", dont c'était la deuxième titularisation consécutive depuis son arrivée à Paris durant le mercato, a raté le coche en signant une performance terne avant d'être remplacé à la 61e minute par Marco Verratti.

"Il est assez juste physiquement, il manque de compétition, ce serait suicidaire de titulariser Lassana Diarra à Madrid", a lâché Mickaël Madar, ancien joueur du PSG, consultant sur Canal+.

C'est Giovani Lo Celso, plus solide, qui a occupé le poste de sentinelle pour la dernière demi-heure. "Je ne sais pas ce que va décider le coach pour le poste de sentinelle, a commenté Verratti sur Canal+. Lass a une grande expérience, Giovani va vers l'avant".

"Lassana Diarra, il est juste physiquement pour jouer 90 minutes (...). On attendra (de voir) comment il va être demain, lundi et on va décider (...) s'il est prêt pour jouer au niveau dont l'équipe a besoin", a répondu Emery, avant d'assurer qu'il avait "confiance" en Lo Celso et Rabiot pour jouer en sentinelle.

Devant, Angel Di Maria, qui marche sur l'eau depuis le début de l'année (7 buts) et a enchaîné une nouvelle titularisation en l'absence d'Edinson Cavani, ménagé, a encore été décisif en servant Neymar sur le seul but parisien et en n'étant pas loin de marquer sur un corner direct (45e).

Mais on voit mal le PSG, qui a dépensé 400 millions d'euros pour faire venir Neymar et Kylian Mbappé cet été, ne pas aligner d'entrée sa 'MCN' (Mbappé, Neymar, Cavani) qui a débuté l'ensemble des matches de Ligue des champions cette saison.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire