France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Ligue 1: Nice, sans créativité, tenu en échec par Angers

Mardi 04 décembre 2018
Ligue 1: Nice, sans créativité, tenu en échec par Angers
L'attaquant niçois Allan Saint-Maximin bute sur le gardien du SCO d'Angers Ludovic Butelle, le 4 décembre 2018 à l'Allianz Riviera - YANN COATSALIOU (AFP)

Nice, avec Mario Balotelli en souffrance et sorti à l'heure de jeu, a manqué une belle occasion de se mêler officiellement à la lutte pour l'Europe, après son nul à domicile contre Angers (0-0) mardi soir lors de la 16e journée de L1.

Même si les hommes de Patrick Vieira, 7e avec 25 points au compteur, enchaînent un sixième match sans encaisser de but, les manques offensifs niçois ont été trop importants pour espérer mieux qu'un 0-0 contre Angers.

"Ça reste frustrant", a soufflé Vieira. "Mais comme on dit, quand on ne gagne pas, il faut savoir ne pas perdre." Selon, lui, Nice a même fait preuve de "beaucoup de maturité en 2e mi-temps", pour "permettre de prendre un point".

Le Gym avait pourtant débuté très fort, avec des actions de Makengo contré par Butelle (2e), puis de Balotelli, toujours en quête de son premier but cette saison. Bien que servi parfaitement par Cyprien, l'Italien a finalement raté son contrôle orienté (4e).

- "Mario est en manque de confiance" -

"Ce contrôle lui aurait permis d'être face au but et de marquer", a réagi Vieira, en reconnaissant: "Mario est en manque de confiance. Cela se voit dans ses prises de balle. Il faut être derrière lui. Le club, les supporters, les joueurs, moi. Il suffit d'un but. Mais il doit aussi fournir les efforts et se mettre un peu plus à disposition de l'équipe".

Cela le sera-t-il le cas à Monaco dès vendredi? "Il n'y a pas à choisir ses matches", a affirmé Vieira. "Il est preneur pour marquer contre n'importe qui."

Ces situations bouillantes mal gérées n'ont pas refroidi les Niçois, largement dominateurs. Mais ils ont manqué de réalisme. Ainsi la tentative de lob de Balotelli n'était pas cadrée (23e). Poussé par les +Super Mario+ en son honneur lancés par la tribune sud, l'Italien a tenté. A côté (24e), puis trop mollement (37e).

"Nice a fait une belle entame", a estimé Stéphane Moulin, l'entraîneur angevin. "C'est là qu'ils n'ont pas gagné le match. On a ensuite pris la mesure et rééquilibré les débats."

- "Le plan a bien fonctionné" -

A tel point que la meilleure occasion de la période a été à l'actif de l'Angevin Bahoken. Mais là aussi, l'attaquant formé à Nice n'a pas cadré (28e).

Malgré la pause, Balotelli n'est pas parvenu à retrouver confiance. Ses coéquipiers ont essayé de de le chercher, mais il a erré, perdu sur le front de l'attaque niçoise. Jusqu'à ce que Patrick Vieira mette un terme à son calvaire en le remplaçant par Ganago (64e).

A force d'être inefficace, Nice laissait Angers y croire. Il fallait un très bon Benitez devant Tait (58e), puis Bahoken (66e) pour ne pas couler. Malgré l'exclusion de Butelle pour une main hors de la surface (90+3), les Angevins sont repartis avec le point recherché. "Le plan a bien fonctionné", a souri Moulin. On a un vrai savoir-faire à l'extérieur."

Avant le derby à Monaco vendredi, les Aiglons, eux, ont étalé trop de lacunes offensives pour espérer mieux.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire