En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

JO-2018: Svindal et Jansrud, la complicité viking

Jeudi 15 février 2018
JO-2018: Svindal et Jansrud, la complicité viking
Le Norvégien Aksel Lund Svindal (d) et son complice Kjetil Jansrud sur les 1re et 2e marche du podium de la descente de Jeongseon, le 15 février 2018 - Roberto SCHMIDT (AFP)

Aksel Lund Svindal, premier Norvégien médaillé d'or de la descente en 70 ans d'histoire de la discipline reine aux Jeux d'hiver, jeudi à Jeonsgeon, et son compatriote et dauphin Kjetil Jansrud, ont joué la partition d'une grande complicité en conférence de presse.

"C'est une grande émotion. Je n'arrive pas y croire, faire mieux que Kjetil Aamodt (2e en 1994) et Lasse Kjus (2e en 1998, 2002). C'est un jour aussi particulier avec ce doublé", s'est réjoui Svindal, deuxième de la descente olympique en 2010 à Vancouver.

"J'ai réalisé une super section sur le haut et très bien skié en bas. A l'arrivée, j'ai pensé au podium mais pas à la victoire", a ajouté le vainqueur, radieux, en regardant son cadet à sa droite.

Jansrud a analysé sereinement sa course. "La piste s'était accélérée par rapport aux entraînements et j'ai fait une mauvaise réception au gros saut et +gratté+ le virage suivant".

Et le cadet, devancé de seulement 12/100e, d'ajouter: "On fait des choses remarquables dans ce groupe restreint".

Le duo norvégien a signé le cinquième doublé national dans une descente olympique depuis l'introduction de la discipline aux Jeux de 1948 à Saint-Moritz (Suisse).

En 1968, Jean-Claude Killy et Guy Perillat avaient réussi le doublé à domicile, à Grenoble, puis en 1972, Bernhard Russi, architecte des pistes olympiques depuis 1980, et Roland Collombin avaient fait un et deux pour la Suisse. En 1980, l'Autriche avait empoché l'or et l'argent avec Leonhard Stock et Peter Winsberger.

La Suisse avait encore fait mouche en 1988 à Calgary, Pirmin Zurbriggen décrochant l'or et Peter Müller l'argent.

"Perdre contre ces deux Norvégiens n'a rien d'infamant pour moi. Ils s'imposent un peu partout depuis des années", a réagi le Suisse Beat Feuz, médaillé de bronze à 18/100e.

Désormais attendus au contrôle antidopage et plus tard à la cérémonie des médailles, les deux "Attacking Vikings", qui partagent le même fabricant et technicien pour leurs skis, ne se soucient pas de la déperdition d'énergie.

"Question d'expérience", a remarqué Svindal, désormais le plus vieux médaillé d'or du ski alpin aux Jeux, à 35 ans et 51 jours.

Vendredi, ils remettront leur coeur à l'ouvrage dans le super-G, la spécialité norvégienne avec un butin de cinq ors depuis 1992.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire