En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

JO-2018: le CIO "le plus flexible possible" sur la participation des Nord-Coréens

Lundi 08 janvier 2018
JO-2018: le CIO "le plus flexible possible" sur la participation des Nord-Coréens
Siège du Comité international olympique (CIO) à Pully, près de Lausanne, le 5 décembre 2017 - Fabrice COFFRINI (AFP/Archives)

A la veille de négociations inter-coréennes, le Comité international olympique a annoncé lundi qu'il se montrerait "le plus flexible possible" envers les sportifs nord-coréens désireux de participer aux prochains jeux Olympiques d'hiver organisés dans un mois en Corée du Sud.

"Nous nous montrerons le plus flexible possible", a indiqué à l'AFP un porte-parole du CIO alors que l'instance a indiqué avoir "repoussé la date limite d'inscription" pour les sportifs nord-coréens.

Séoul et Pyongyang se sont mis d'accord vendredi pour tenir des discussions pour la première fois depuis deux ans. La rencontre, la première du genre depuis décembre 2015, aura lieu mardi à Panmunjom, le village frontalier où a été signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée (1950-53).

Ces négociations entre les deux Corées porteront sur une possible participation d'une délégation du Nord aux JO d'hiver de ¨Pyeongchang (9-25 février) dont les principaux événements se tiendront à tout juste 80 km de la zone frontalière entre les deux Corées.

Le CIO qui "accueille favorablement" ces discussions explique "avoir laissé la porte ouverte" à une participation des sportifs nord-coréens "en repoussant la date limite d'inscription" et en apportant son soutien "durant les phases de qualification".

"Dans un bref délai, les discussions vont se poursuivre entre les parties concernées", ajoute le CIO.

- "Un engagement politique" -

Dimanche, une source proche du dossier a indiqué à l'AFP que des discussions doivent se tenir "en milieu de semaine", au siège du CIO à Lausanne, auxquelles doit participer le membre nord-coréen du CIO Chang Ung.

Chang Ung avait déclaré samedi que son pays participerait "vraisemblablement" aux prochains Jeux d'hiver.

Le responsable nord-coréen avait fait cette courte déclaration à des journalistes pendant une escale à l'aéroport international de Pékin, en route pour la Suisse.

Les déclarations de l'officiel nord-coréen s'inscrivent dans le prolongement des signaux des tous derniers jours allant dans le sens d'une amorce d'apaisement de la tension dans la péninsule coréenne, après des mois d'escalade et de rhétorique menaçante entre Pyongyang et Washington.

Séoul et les organisateurs des Jeux souhaitent que la Corée du Nord y participe afin de faire baisser la tension créée par les programmes nucléaires et balistiques poursuivis par la Corée du Nord en violation des résolutions de l'ONU.

Pyongyang a procédé ces derniers mois à plusieurs lancements de missiles et en septembre à un sixième test nucléaire, le plus puissant à ce jour.

La mission du CIO est de "toujours garantir la participation de tous les athlètes qualifiés, au-delà des tensions politiques et des divisions", rappelle encore l'instance dans son communiqué.

Concernant la situation "très particulière de la péninsule coréenne, nous avons besoin d'un engagement politique de toutes les parties concernées pour rendre une telle participation possible", souligne encore le CIO.

"Une fois que cet engagement politique sera clair, le CIO prendra une décision finale", ajoute l'instance.

- Aucun Nord-Coréen qualifié pour Sotchi -

Le 1er janvier, le numéro un nord-coréen, Kim Jong-Un, avait donné le premier signe que son pays pourrait participer aux jeux Olympiques d'hiver, en dépit des tensions suscitées par ses ambitions nucléaires.

"J'espère sincèrement que les jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang seront menés avec succès", avait dit M. Kim dans son message de Nouvel An à la nation nord-coréenne. "Nous sommes disposés à prendre les mesures nécessaires, y compris à envoyer notre délégation", à Pyeongchang, avait-il poursuivi.

Un couple nord-coréen de patinage artistique formé par Ryom Tae-ok et Kim Ju-sik s'était qualifié fin septembre pour les Jeux mais la Corée du Nord avait laissé passer la date limite du 30 octobre pour les inscrire.

Ces sportifs pourraient néanmoins concourir à l'invitation du CIO.

En 2014, aucun athlète nord-coréen n'avait réalisé les minima pour les Jeux d'hiver de Sotchi (Russie).

En 1988, la Corée du Nord avait boycotté les Jeux d'été organisés à Séoul mais elle avait envoyé ses athlètes aux Jeux asiatiques de 2014 à Incheon, près de Séoul.

Des sportifs nord-coréens étaient également présents aux derniers JO d'été à Rio en 2016. Forte de 31 athlètes dans 9 sports, la délégation nord-coréenne avait terminé au 34e rang, avec 7 médailles, dont 2 titres olympiques.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire