En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Hand: le retour surprise d'Allison Pineau

Jeudi 30 novembre 2017
Hand: le retour surprise d'Allison Pineau
La handballeuse française Allison Pineau lors de l'Euro, le 12 décembre 2016 à Göteborg - JONATHAN NACKSTRAND (AFP/Archives)

Opérée de la cheville en juillet, Allison Pineau n'aurait pas misé un centime sur sa participation au Mondial-2019: pourtant, grâce à une récupération-éclair, la meilleure handballeuse française sera bien en Allemagne à partir de ce week-end pour aider les Bleues à monter de nouveau sur le podium.

"On parlait d'abord de six à neuf mois d'arrêt, et plutôt de neuf que de six. A ce moment-là, le Mondial c'était +niet+. Mais une fenêtre s'est ouverte en octobre après la visite du chirurgien. J'ai commencé à me dire qu'il y avait peut-être une possibilité que je sois là", explique l'arrière, qui s'est remise sur pied presque deux fois plus vite que prévu.

Remontée, elle met alors les bouchées doubles pour gagner la course contre la montre. "J'ai pas mal envoyé. Je n'ai rien laissé au hasard", raconte la joueuse, partie notamment faire un stage intensif en haute altitude à Tignes.

Le 15 novembre, c'est la surprise ! Alors qu'elle n'a encore joué aucun match avec son nouveau club de Brest, qu'elle a rejoint à l'intersaison en provenance de Baia Mare, en Roumanie, son nom apparaît sur la liste du sélectionneur Olivier Krumbholz.

Ses bonnes sensations physiques seront confirmées ballon en main dès son premier match de préparation contre la Slovénie. En jambes, la buteuse marque quatre fois en près de 40 minutes sur le terrain, dimanche à Coubertin. De quoi espérer tenir un vrai rôle au Mondial, que les Bleues entameront face aux mêmes Slovènes samedi à Trêves.

- 'Remplie d'énergie' -

Touchée pendant la saison 2016, la droitière a fait un investissement en décidant de se faire opérer. "Trimbaler une blessure, ça ne fait pas plaisir. On sait qu'on n'est pas à 100% et qu'on ne peut pas donner le meilleur de soi-même", dit cette joueuse de 28 ans aux qualités de vitesse et de détente hors normes.

Les ligaments de la cheville qui la faisaient souffrir à chaque match étant enfin consolidés, elle a l'impression d'être redevenue elle-même. "Ca a été régénérant sur les plans psychologique et physique. Je refais des choses que je ne pouvais pas faire il y a six mois parce que ça m'envoyait des décharges dans la cheville. Rien que ça, c'est un bonheur ! Ca m'a aussi permis de faire un break. Je suis remplie d'énergie", dit-elle.

Le retour de Pineau est un fameux bonus pour l'équipe de France, en quête d'un troisième podium d'affilée après l'argent des Jeux de Rio (où elle avait été désignée meilleure arrière gauche) et le bronze de l'Euro-2016 car la droitière, qui peut aussi jouer demi-centre, est l'une des pièces maîtresses du dispositif d'Olivier Krumbholz, en attaque comme en défense, depuis près de dix ans.

Même l'an passé en Suède, sur un pied, elle s'était débrouillée pour être décisive en marquant, à la dernière seconde et du milieu du terrain, un but miraculeux qui avait envoyé les Bleues dans le dernier carré européen.

L'Allison Pineau de 2017 ne sera peut-être pas au niveau de celle qui avait été élue meilleure joueuse du monde en 2009, à l'âge de 21 ans, mais en tout cas la confiance est là. "Je ne suis pas une petite jeune qui vient d'arriver. On connaît ma mentalité, je suis prête", assure-t-elle.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire