France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Gym/Mondiaux-2018: Biles conclut son retour sur un nouveau titre et un nouveau record

Samedi 03 novembre 2018
Gym/Mondiaux-2018: Biles conclut son retour sur un nouveau titre et un nouveau record
L'Américaine Simone Biles médaille d'or au sol lors des Mondiaux de gymnastique, le 3 novembre 2018 à Doha - KARIM JAAFAR (AFP)

Une médaille d'or et un nouveau record: l'Américaine Simone Biles a réalisé à Doha ses meilleurs Championnats du monde, conclus sur un titre au sol et une médaille de bronze à la poutre, pour un retour étincelant avec six médailles au total.

Simone Biles disputait au Qatar sa première compétition internationale après ses Jeux olympiques fastueux à Rio (cinq médailles, dont quatre en or: concours général, sol, saut et par équipes, plus le bronze à la poutre).

Elle avait coupé après ces JO-2016 puis avait révélé en janvier qu'elle faisait partie des victimes de Larry Nassar, ex-médecin de l'équipe féminine de gymnastique à l'origine d'un des plus graves scandales de l'histoire du sport américain, condamné lourdement pour des centaines d'agressions sexuelles commises pendant deux décennies.

A Doha, elle a passé dix jours de compétition à conjuguer au presque parfait, montant sur les six podiums proposés: quatre titres mondiaux -concours par équipes, concours général, saut, sol-, une première médaille -en argent- aux barres asymétriques, et une de bronze à la poutre.

Aucune gymnaste depuis la Soviétique Elena Shushunova en 1987 (deux fois en or, trois fois en argent et une fois en bronze) n'avait réussi une pareille razzia.

"Ce dont je suis la plus fière, c'est d'avoir réussi à disputer toutes les finales individuelles, à remporter une médaille à chaque agrès et d'avoir survécu. Je pense que c'est un pas en avant", a expliqué Biles en conférence de presse.

Pour sa première apparition sur la scène internationale aux Mondiaux-2013 à Anvers, elle avait remporté quatre médailles --sur cinq possibles, puisque le concours par équipes n'était pas proposé--, puis avait élevé son bilan à cinq podiums sur six en 2014 à Nanning (Chine) et en 2015 à Glasgow.

Samedi, elle a bouclé son marathon avec un petit accroc à la poutre. Si elle n'est pas tombée de l'appareil, quelques déséquilibres et un gros pas en arrière sur sa sortie lui ont coûté de précieux dixièmes de points dans la course à l'or avec la Chinoise Liu Tingting (15,533).

- Inédit grand chelem doré? -

La poutre, c'est l'agrès qui lui pose le plus de tracas. A Rio, elle était tombée et avait déjà dû se contenter du bronze, et à Doha, elle avait également chuté en finale du concours général.

"Pour être complètement honnête, je suis vraiment contente d'être restée sur la poutre, parce qu'en arrivant sur ces Mondiaux je n'étais pas autant en confiance à la poutre que j'en avais l'habitude", a reconnu l'Américaine.

Si son visage était fermé au moment du verdict des juges, avec 13,700 points tout juste suffisants pour sauver le bronze, elle a retrouvé son sourire après son passage au sol, un agrès, où elle est invaincue en grands championnats (Mondiaux et JO).

A son palmarès, elle affiche donc 14 titres mondiaux et un total de 20 médailles, égalant la marque référence chez les dames de la Russe Svetlana Khorkina (20, dont neuf titres).

Si l'on ajoute à cela qu'à Doha, elle a innové avec un saut inédit qui porte désormais son nom, qu'elle a remporté son premier titre mondial à cet agrès et qu'elle a concrétisé les progrès aux barres asymétriques, grâce au travail effectué avec ses nouveaux entraîneurs français Cécile et Laurent Landi, Biles a bien rentabilisé son séjour dans le Golfe.

Voilà la quadruple championne olympique désormais en mesure de réaliser à l'avenir, que ce soit aux Mondiaux-2019 à Stuttgart ou aux JO-2020 à Tokyo, un impensable grand chelem doré.

Chez les messieurs, le Japonais Kohei Uchimura était encore un peu en retrait, la faute à une cheville droite blessée aux Mondiaux-2017 et encore récalcitrante. Le triple champion olympique et sextuple champion du monde du concours général a néanmoins décroché une 21e médaille mondiale, en argent à la barre fixe derrière le Néerlandais Epke Zonderland.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire