En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

GP de Singapour: Rosberg mieux qu'Hamilton, Ferrari plus vite que Red Bull

Vendredi 16 septembre 2016
GP de Singapour: Rosberg mieux qu'Hamilton, Ferrari plus vite que Red Bull
La Mercedes de l'Allemand Nico Rosberg, lors des essais libres du GP de Singapour, le 16 septembre 2016 - ROSLAN RAHMAN (AFP)

Nico Rosberg (Mercedes), qui prendra dimanche son 200e départ en Formule 1, a terminé en haut de la feuille des chronos de la première soirée d'essais libres pour le Grand Prix de Singapour, devant la Ferrari de Kimi Räikkönen.

Volontairement en retrait lors de la 1re séance, disputée au coucher du soleil, Rosberg a passé la vitesse supérieure en 2e séance, une fois la nuit tombée sur le tracé urbain de Marina Bay, très bien éclairé, autour de la grande roue et des hôtels de luxe.

En passant des pneus ultra-tendres qu'il n'avait pas utilisés en première séance, le vice-champion du monde allemand a remis les choses dans l'ordre: 1 min 44 sec 152/1000, soit trois dixièmes de moins que le champion du monde finlandais, plus rapide que les Red Bull dominatrices en 1re séance.

Equipé en exclusivité d'un nouveau moteur Renault, son quatrième de la saison, Max Verstappen a devancé dans les deux séances son coéquipier Daniel Ricciardo. Il a surtout signé le meilleur temps absolu de la première, de bon augure pour la course de dimanche soir (20h00 locales, 14h00 françaises).

La deuxième séance a été moins réussie par le prodige néerlandais, qui fêtera ses 19 ans en fin de mois. "Je suis coincé dans le trafic", s'est-il plaint sur la radio de bord. "C'est un circuit en ville, il faut te faire une raison", lui a rétorqué son ingénieur de piste, sans pitié pour son jeune âge.

Dans l'autre Ferrari, Sebastian Vettel, quadruple champion du monde et quatre fois victorieux dans les rues de Singapour, en huit éditions, a aussi joué placé: 3e temps de la première, 5e temps de la deuxième, une position d'attente pour le vainqueur de l'an dernier, la dernière fois qu'une Ferrari a gagné en F1.

"J'espère qu'on va pouvoir aller chercher la pole position", a lâché Räikkönen avant de prendre congé. Un aveu d'optimisme aussi rare qu'étonnant de la part du taciturne "Iceman", qui n'a jamais gagné à Singapour.

- Hamilton: 'Pas si grave' -

Le déçu du jour est Lewis Hamilton, leader du championnat du monde avec deux points d'avance sur Rosberg, mais privé d'une bonne partie de la 2e séance par un problème hydraulique et septième temps du soir, seulement, derrière la Force India de Nico Hülkenberg. "Ce n'est pas si grave", a dit l'Anglais avant d'aller se coucher, histoire de rassurer ses fans un peu inquiets.

Car pendant ce temps Rosberg roulait beaucoup, en conditions de course, et effaçait le souvenir de sa fin de 1re séance: un choc contre le rail de sécurité au 18e des 23 virages du tracé le plus tortueux de la saison. Le souvenir aussi d'une édition 2015 complètement ratée par les Flèches d'Argent: abandon d'Hamilton,

Derrière les six places monopolisées par les trois "top teams", les places d'honneur ont été occupées, à tour de rôle, par les Toro Rosso, la Force India d'Hülkenberg et la McLaren-Honda de Fernando Alonso, soit trois équipes de milieu de tableau. En revanche, les Williams sont restées en retrait, comme souvent le vendredi.

Chez Haas, Esteban Gutiérrez a roulé quatre fois plus que Romain Grosjean, accablé de soucis de tous ordres. Deux tours non-chronométrés en 1re séance, avant un changement de moteur, puis 12 seulement en 2e séance, à cause d'un tête-à-queue terminé en marche arrière, contre le rail de sécurité. Pas le temps de se mettre en confiance sur un circuit aussi exigeant et pour préparer "le GP le plus difficile de l'année", dixit Grosjean.

En queue de peloton, du côté des jeunes pilotes Manor, Esteban Ocon et Pascal Wehrlein ont découvert les 23 virages de ce circuit urbain pas comme les autres. Malgré leur moteur Mercedes, ils ont terminé la journée à plus de quatre secondes de Rosberg. Pas très encourageant pour les qualifications de samedi soir.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire