France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Equipe de France de foot amputé: "tous sur un pied d'égalité"

Lundi 08 octobre 2018
Equipe de France de foot amputé: "tous sur un pied d'égalité"
Jérôme Raffetto tente une reprise de volée lors d'un entraînement de l'équipe de France pour amputés à Carnoux, le 2 octobre 2018 - Christophe SIMON (AFP/Archives)

Une pure reprise de volée en équilibre sur une béquille, l'autre canne à l'équerre, c'est le geste technique préféré des joueurs de l'équipe de France de football pour amputés (EFFA), rencontrés par l'AFP en pleine préparation de leur Coupe du monde.

"Tous sur un pied d'égalité". Le slogan de l'EFFA ne manque pas de sel. "L'humour, c'est très important, on en rigole beaucoup entre nous", sourit Jérôme Raffetto, 38 ans, milieu de terrain de l'EFFA.

"On se chambre comme dans toutes les équipes, sur nos handicaps, la forme de nos moignons... On rejoint les vestiaires des valides, si l'un tombe sur le terrain avec les béquilles on rigole pareil, c'est la même ambiance", raconte-t-il.

Il a rejoint l'EFFA sur un simple mail, après avoir découvert son site internet. Elle a été créée en Rhône-Alpes comme une association, rejointe au fil des ans par des hommes qui ont "tous la même histoire à l'arrivée, parce qu'il nous manque une jambe, mais pas la même histoire" personnelle, explique Raffetto, barbe noire et accent marseillais.

Sa vie à lui a basculé le 21 octobre 2005, fauché par un chauffard alors qu'il sortait son sac de sport du coffre de sa voiture. Sa jambe gauche a été amputée sur le coup par l'accident. "Heureusement, j'ai gardé mon bon pied", sourit-il.

- "On se raconte nos histoires" -

"Je ne suis pas tombé dans les pommes, j'ai vu tout ce qui s'est passé. C'était la fin de ma carrière de football valide", se souvient Raffetto, ancien joueur de Ligue 2, avec deux matches au compteur à Cannes, et qui allait signer à Istres au moment de l'accident.

L'EFFA ne lui a pas "sauvé la vie, non, j'ai eu cette force de caractère pour me relever assez rapidement. Je me la suis sauvé tout seul, avec ma famille, ma femme, mes enfants, mes parents, mes amis, ils ont toujours été là".

En revanche, rejoindre les Bleus amputés "m'a beaucoup aidé dans mon bien-être, je m'étais empâté, je ne faisais plus grand chose et quand je ne fais pas du sport je ne suis pas bien".

Raffetto a perdu 14 kg depuis un an qu'il a revêtu le maillot bleu. Dans ce groupe, il aussi trouvé une complicité. Il y a des choses "que les valides ne peuvent pas comprendre, on peut en parler un peu plus facilement, on se raconte chacun nos histoires".

Surtout, le joueur prend "du plaisir, on arrive à faire des choses intéressantes avec le ballon, il y a des vrais buts".

Son partenaire Michaël Mayali, lui, a bel et bien connu une renaissance personnelle grâce au foot amputé.

Après son accident, ce militaire, 30 ans, le pied écrasé par un Rafale sur le porte-avion Charles-de-Gaulle en janvier 2009, se sentait "tombé dans un trou".

Français d'origine capverdienne et libanaise, Mayali a grandi à Dakar et même tenté le centre de formation de Sochaux, avant de rejoindre la Marine.

- "Je n'avais plus goût à la vie" -

"Je n'étais pas beau à voir pendant quatre ans, je n'avais plus goût à la vie tout simplement", raconte le défenseur de l'EFFA, le regard un peu triste sous ses mèches.

La découverte du handisport, le 100 et 200 m en prothèse puis le foot pour amputés "a été une libération. C'est comme si vous étiez plein de boue, tout noir, pendant des mois et des années, et que d'un coup on vous donnait de l'eau et du savon pour vous laver".

Il rêve aussi des Jeux paralympiques de Tokyo (2020), mais se consacre pour l'heure au foot jusqu'à la Coupe du monde, du 23 octobre au 5 novembre au Mexique, à San Juan de Los Lagos (Jalisco).

Mayali et Raffetto s'entraînent dans un complexe de foot en salle de Carnoux (Bouches-du-Rhône) créé par le second, avant de le revendre.

Faute de club et de championnat structuré, "on s'entraîne chacun de son côté aux quatre coins de la France" avant de se retrouver en stage tous les mois et demi, explique Raffetto.

Ils peaufinent notamment la fameuse reprise de volée. "Ce geste vient instinctivement, décrypte Mayali, il ne faut pas avoir peur de tomber, la béquille d'appui ne bougera pas si elle est bien positionnée. Quand je fais ce geste, j'ai la même sensation qu'une reprise de volée sur deux pieds". Il rêve de le réussir à la Coupe du monde.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire