En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dopage: que reste-t-il du miraculeux palmarès russe de Sotchi?

Mardi 05 décembre 2017
Dopage: que reste-t-il du miraculeux palmarès russe de Sotchi?
Le président russe Vladimir Poutine pose avec les athlètes russes sacrés aux JO d'hiver de Sotchi, le 24 février 2014 - MIKHAIL KLIMENTYEV (SPUTNIK/AFP/Archives)

Du sommet au ban: en l'espace de quatre ans, la Russie a perdu un tiers de ses médailles remportées à Sotchi aux JO-2014, dont quatre des treize titres, dégringolant du rang de meilleure nation de l'olympisme hivernal au ban des Anneaux.

Le 23 février 2014, toute la Russie, à commencer par son président Vladimir Poutine, célébrait en fanfare la dernière journée des jeux Olympiques à domicile à Sotchi: un triplé historique sur l'épreuve reine du ski de fond (50 km) et une seconde médaille d'or sur les bords de la Mer Noire pour le bobeur Aleksandr Zubkov, porte-drapeau de la cérémonie d'ouverture et ami de Poutine, en bob à 4 (après le titre en bob à 2).

Un final doré qui permettait à la Russie de remplir son objectif: terminer en tête du tableau des médailles, avec une moisson historique de treize médailles d'or, onze d'argent et neuf de bronze.

Moins de quatre ans plus tard, après les révélations dans un rapport du juriste canadien Richard McLaren d'un dopage d'Etat dans le sport russe, orchestré par Moscou et les services secrets (FSB) notamment lors des JO-2014, et deux commissions mises en place par le Comité international olympique pour enquêter sur ces allégations, le bilan a fondu comme une neige de printemps sous les rayons du soleil.

Un tiers des médailles décrochées par la Russie lors de "ses" Jeux ont ainsi été retirées par l'instance olympique, soucieuse d'effectuer le ménage dans ses palmarès.

Tout un symbole, le dernier sportif russe à avoir reçu sa médaille d'or, le fondeur Legkov, félicité par le président Poutine en personne, a été le premier d'une longue série à voir l'ensemble de ses résultats à Sotchi effacés par la commission Oswald et se voir interdit à vie l'accès aux jeux Olympiques.

- Bob et fond en première ligne -

Entre le 1er novembre et le 1er décembre, la Russie a ainsi perdu 4 titres et un total de 11 médailles, contrainte de céder la tête du tableau des médailles à la Norvège.

Premières disciplines touchées, le bobsleigh et le skeleton déchus de toutes leurs médailles: trois titres (bob à 2, bob à 4 et skeleton messieurs) et une médaille de bronze (skeleton dames). Au total, les résultats de cinq des sept équipages en bobsleigh, ainsi que cinq pilotes de skeleton sur six ont été annulés.

Le ski de fond n'est pas en reste avec neuf athlètes bannis et trois médailles retirés (l'or de Legkov, et les trois d'argent de Maxim Vylegzhanin sur 50 km, avec le relais messieurs et dans l'épreuve de sprint par équipes messieurs).

Désormais derrière la Norvège, le Canada et les Etats-Unis, la Russie n'a conservé à ce jour que 22 médailles, dont neuf titres.

Le patinage artistique n'a pas été affecté par les retraits de médailles, et a conservé ses cinq médailles et trois titres, dont celui d'Adelina Sotnikova.

Il en va de même pour le short-track russe et ses 5 médailles dont les 3 titres de Viktor Ahn, ou encore le snowboard (quatre médailles dont deux titres pour Vic Wild en alpin).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire