En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dopage: les révélations des hackers de l'AMA soulèvent "beaucoup de questions" selon Poutine

Vendredi 16 septembre 2016
Dopage: les révélations des hackers de l'AMA soulèvent "beaucoup de questions" selon Poutine
Le président russe Vladimir Poutine, le 16 septembre 2016 à Bishkek - Vyacheslav OSELEDKO (AFP)

Les informations publiées par les hackers du groupe "Fancy Bears", qui ont piraté l'Agence mondiale antidopage (AMA), "soulèvent beaucoup de questions", a déclaré vendredi le président russe Vladimir Poutine.

"Nous ne soutenons pas ce qu'ont fait les pirates mais ce qu'ils ont fait, ça ne peut pas ne pas être intéressant pour la communauté internationale et la communauté sportive", a déclaré Vladimir Poutine, cité par les agences de presse russes, en marge d'un sommet des pays de la Communauté des États indépendants (CEI) à Bichkek, au Kirghizstan.

"Cela soulève beaucoup de questions", a-t-il poursuivi, se demandant "comment des sportifs sains peuvent légalement prendre des médicaments interdits aux autres" alors que "des gens lourdement handicapés sont écartés des Jeux paralympiques sur des soupçons".

Il faisait allusion à la sélection paralympique russe, exclue des Jeux de Rio par le Comité paralympique mondial en raison du scandale de dopage d'Etat qui a secoué le pays.

Le groupe d'espionnage cybernétique Tsar Team (APT28), également connu sous le nom de "Fancy Bears" et qui serait composé de Russes, a piraté la base de données de l'AMA et publié mardi et jeudi les données confidentielles d'une trentaine de sportifs.

Il s'agit notamment des soeurs Venus et Serena Williams (USA, tennis), de la championne olympique Simone Biles (USA, gymnastique) et des cyclistes britanniques Bradley Wiggins et Christopher Froome.

Les données révèlent que ces sportifs ont bénéficié d'autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT), leur permettant de prendre des médicaments inscrits sur la liste des produits interdits.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire