En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici. X Fermer
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

Dopage: les meilleurs athlètes kényans sous la supervision de médecins "de confiance"

Mardi 10 janvier 2017
Dopage: les meilleurs athlètes kényans sous la supervision de médecins "de confiance"
Le président de la Fédération kényane d'athlétisme Jackson Tuwei lors d'un interview, le 18 février 2016 à Rio - SIMON MAINA (AFP/Archives)

Le Kenya a nommé cinq médecins "de confiance" qui superviseront le suivi médical des grands noms de l'athlétisme kényan, afin de mettre un terme au dopage ayant terni l'image du pays ces dernières années, a annoncé mardi, Jackson Tuwei, président de la Fédération kényane d'athlétisme (AK).

Sélectionnés par l'AK en collaboration avec la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), ces médecins auront pour tâche de mettre un terme aux "mauvaises pratiques médicales" introduites par des médecins kényans, accusés de fournir des produits dopants aux athlètes, a indiqué Jackson Tuwei.

Une liste initiale de 109 hommes et femmes, qui inclut tous les grands noms de l'athlétisme kényan, tels que David Rudisha, Julius Yego ou Vivian Cheruiyot, a été publiée mardi. Les athlètes pourront garder leurs médecins personnels, mais les décisions finales concernant notamment la consommation de médicaments reviendront à l'organisme nouvellement formé.

La participation des athlètes kényans aux compétitions internationales sera conditionnée à leur participation à ce programme qui débutera le 17 janvier et sera lui-même supervisé par l'Agence kényane antidopage, fondée en 2016 pour répondre aux exigences de l'Agence mondiale antidopage (AMA).

A la suite d'une série de scandales liés au dopage, le Kenya avait été placé en 2016 sur la liste des pays sous surveillance de l'IAAF. Et ce n'est qu'à la suite de l'adoption d'une nouvelle loi antidopage, juste avant les Jeux de Rio, que le pays a été retiré de la liste des pays "non conformes" de l'AMA.

"C'est dans cette optique que nous avons travaillé sur ce plan d'action avec l'IAAF (...) afin d'endiguer l'épidémie du dopage dans notre pays", a déclaré Jackson Tuwei lors d'une conférence de presse, précisant que le nombre de médecins et d'athlètes impliqués augmenterait avec le temps.

"En tant qu'une des meilleures fédérations d'athlétisme, et en tant que pays, nous ne pouvons pas continuer à être mis en doute par le reste du monde", a ajouté M. Tuwei, qui a par ailleurs salué la création par l'IAAF d'une unité indépendante chargée des questions de dopage et d'intégrité.

Réputé pour ses coureurs de fond et demi-fond de classe mondiale, le Kenya s'est trouvé ces dernières années au cœur d'une série de scandales liés au dopage, mais aussi à la corruption.

Plusieurs hauts responsables de l'équipe olympique kényane sont poursuivis pour la gestion désastreuse de cette équipe, émaillée de nombreuses affaires, dont celle du vol des tenues sportives officielles.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire